Rapports de cas de troubles de circulation sanguine en Europe : La Bulgarie suspend à son tour le vaccin d'AstraZeneca, le Sénégal rassure, le Cameroun saisit son Conseil scientifique...

Le vaccin d'AstraZeneca continue d'enregistrer des revers en Europe. Après la suspension dont il fait l'objet au Danemark, en Norvège et en Islande, c'est à la Bulgarie de leur emboîter le pas. Ce vendredi 12 mars, le Premier ministre bulgare Boïko Borissov a annoncé la suspension de l'administration de ce produit, le temps que l'Agence européenne du médicament (EMA) rende son verdict sur son innocuité.


Des cas sévères de coagulation sanguine ont été rapportés au Danemark. En Autriche, c'est une soignante qui est décédée après avoir reçu le vaccin d'AstraZeneca.

 

Selon Capital.fr visité à Dakaractu, le chef du gouvernement bulgare réclame une preuve écrite de l'EMA pour démarrer sa campagne avec le vaccin suédo-britannique.

Mais une enquête préliminaire de l'organe de régulation sanitaire européen a nié l'existence d'un lien entre ces cas rapportés de dérèglement de la circulation sanguine et la vaccination. Pour l'Ema, le bénéfice du vaccin reste supérieur à ses risques et il peut être administré d'ici la fin de l'enquête sur les cas thrombotiques signalés.

 

Positions divergentes en Afrique 

 

En Afrique, ce débat est suivi avec grand intérêt et pour cause. La majorité des pays africains ont pu démarrer leur campagne de vaccination anti-covid avec les injections offertes par la Facilité Covax. À ce jour, plus de 28 millions de doses ont été distribuées par ce dispositif onusien à 37 pays en majorité africains. Le Sénégal en fait partie.

 

Notre pays qui fait face à une seconde vague du coronavirus a reçu le 3 mars dernier une livraison de 324 000 doses d'AstraZeneca en provenance de l'Inde. À ce lot est ajouté un don indien de 25 000 injections du même vaccin réceptionné ce vendredi 12 mars. 

C'est en marge de cette cérémonie que le ministre sénégalais de la Santé a tenu à rassurer la population sur les effets indésirables du produit. 

 

« Notre dispositif de vaccination, que ce soit dans le cadre de la vaccination anti-covid comme dans le cadre des autres vaccins, fonctionne avec un dispositif de surveillance pour tout ce qui est pharmacovigilance. De ce point de vue, le Sénégal n'a encore relevé aucun cas qui mérite d'être posé en termes de pharmacovigilance. Tout se passe bien dans notre surveillance. Astrazeneca est le deuxième vaccin homologué par l'OMS, à ce niveau, nous n'avons reçu aucune orientation spécifique pouvant nous faire reculer. Nous ferons tout dans les règles de l'art pour protéger les sénégalais », a assuré Abdoulaye Diouf Sarr.

 

Au Cameroun où le vaccin n'est pas encore arrivé, on préfère mettre la pédale douce. « Après la suspension par principe de précaution, du vaccin AstraZeneca, par certains pays, je viens de saisir en urgence le Conseil Scientifique et le NITAG, pour avis. Ce vaccin est actuellement utilisé dans bien des pays aussi bien occidentaux qu’africains, sans soucis majeurs », a twitté Dr Manaouda Malachie, ministre camerounais de la Santé.

Vendredi 12 Mars 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :