Rapport Ige 2016 / Mairie Thiès : Talla Sylla se lave les mains et déplore que ce rapport de l'Ige non encore déclassifié soit entre les mains du public.


Sur un budget prévisionnel de 1 950 000 000 francs Cfa en 2015, le montant des réalisations est estimé à 410 124 504 FCfa, soit seulement 21% en valeur relative.
Ainsi, beaucoup d'anomalies et " d’incongruités " ont été  notées par l'Inspection générale d'Etat (Ige). Beaucoup d'activités ne devant plus relever du domaine de compétences de la mairie de ville mais plutôt des autres communes de la cité du rail ont été décelées dans ledit document.
Face à la presse, le maire de ville Talla Sylla a carrément signifié à qui veut l'entendre que "notre engagement devant aller dans le sens du développement économique et social, vous ne pouvez pas comprendre qu'une mairie ne fasse pas du social".  À ce titre, Talla Sylla est d'avis que "on ne peut pas lui enlever la compétence de faire du social".
D'après le maire de Ville, il est incompréhensible que le document de l'Ige qui n'a pas encore fait l'objet de déclassification puisse se trouver entre les mains du public. "À ma connaissance, le rapport de l'Ige n’a pas encore été déclassifié. Le rapport de l'Ige est plus que confidentiel, il est secret. On ne peut pas divulguer tout pour partir de ce rapport. Même si l'Ige se déplace pour remettre ce rapport au Président de la République, ces rapports ne peuvent pas être  dans le domaine public tant qu'ils ne sont pas déclassifiés. Et cela pose un autre problème puisqu'il faut parler de gestion, de démarche, d'améliorer les relations entre institutions. Quand nous parlons de constitution, nous parlons des relations entre institutions, de relations entre institutions, des relations entre citoyens eux mêmes. Si on nous dit qu'à l'échelle de nos institutions, vous ne pouvez pas faire ceci ou cela selon les dispositions de la constitution, je pense que le rapport quand il est secret s'impose d'abord à ceux qui sont des dirigeants dans ce pays. Il n'y avait que huit exemplaires, nous concernant : (1) au préfet, (1) au ministre de la gouvernance locale devenu territoriale, (2) aux deux vérificateurs, (1) au cabinet du Président de la République, (1) pour la mairie de ville, (1) au premier de ministre de l'époque, (1) à l'ige comme documentation",  a fait remarquer Talla Sylla. Non sans souligner que ces prédécesseurs auraient fait pire. 
Pour lui qui détient, dit-il, ce rapport de l'Ige depuis 2015, il s'interroge de la publication de ce rapport des années après.
Selon lui, la publication de ce rapport est illégal et amoral. "Ce que je ne peux pas comprendre, c'est que même ces éléments dont ont parle et qui nous honorent de mon point de vue même, ces éléments ne représentent rien comparés à ce qui se trouve dans le rapport concernant nos prédécesseurs. Comment des gens n'aient choisi que ça pour le publier. Il y a deux problèmes. Un premier problème légal alors qu'il n'y a pas déclassification et un problème moral", a-t-il regretté. 
À l'en croire, "je pense que quand on est aux côtés du Président de la République, on a l'obligation de comprendre quelle est sa mission, quelles sont ses orientations? Quel est son engagement en faveur de ce pays? Et de respecter ces orientations là". Aussi minimise-t-il, cet acte qu'il taxe de manoeuvre politicienne. "Des gens tapis dans l'ombre, sont aux côtés du Président Macky Sall, mais ne travaillent que pour sa perte", alerte-t-il. À l'en croire, leurs mains sont noires mais propres." Je pense qu'on ne peut pas se servir des institutions pour essayer de s'attaquer à des adversaires politiques ou à de futurs adversaires politiques. Je ne suis l'adversaire de personne. Je suis un serviteur des thiessois, des Sénégalais. Je ne me suis engagé dans aucun combat autre que ce qui concerne les citoyens Sénégalais en cette période de pandémie où nous avons besoin de renforcer les synergies, les dynamiques unitaires et communautaires pour nous renforcer et aller dans le sens de réussir ce combat contre la covid 19". Il conclut pour dire que  "beaucoup de gens n'allaient plus parler sur les plateaux de télévision ou de radio si je disais tout ce que je sais".   

Mardi 14 Juillet 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :