Rappel à Dieu de OTD / Témoignage de Seydou Diouf : « Ousmane Tanor Dieng était un grand sportif qui ne ratait jamais les matches de l'équipe nationale du Sénégal chaque fois qu’elle jouait »


Venu assister aux séances d'entrainement de l'équipe U20 en Handball filles, le président de la commission des lois à l'Assemblée nationale et par ailleurs président de la fédération sénégalaise de Handball,  HD Seydou Diouf, en a profité pour rendre un vibrant hommage à Ousmane Tanor Dieng. Qui, d'après lui, "est un homme qui a tout donné à son pays. S’il faut prendre un modèle de haut fonctionnaire de l’État, il faut prendre Ousmane Tanor Dieng comme référence. Toute sa vie il l'a dédiée à l’administration sénégalaise, à son pays. Il a exercé de hautes fonctions dans ce pays, mais toujours en gardant cette humilité, cet attachement à son terroir de Nguéniène qui l'a accueilli". Mieux, Seydou Diouf dira : "lorsque nous agissons pour l’État, on est en situation de responsabilité. Et, forcément, on est au courant de beaucoup de choses. Mais, jamais Ousmane Tanor Dieng même dans l’adversité politique, jamais, il n’a utilisé ce qu’il savait des autres dans le cadre de la gestion de l’État pour mener un combat politique". 
Poursuivant son propos, Seydou Diouf a aussi, tenu à rappeler qu'Ousmane Tanor Dieng était un grand sportif qui ne ratait pas les matches des Lions du Sénégal. "Nous avons perdu un président d’institution de la République, mais nous avons aussi perdu un sportif", a-t-il dit.  Et d'ajouter : "Nous devons tous tirer les enseignements du cours de la vie. Dieu nous enseigne un certain
nombre de choses. Car, voyez-vous, le dimanche nous étions, dans l'euphorie parce que notre équipe nationale que Ousmane Tanor Dieng  aimait tant et dont il ne ratait pas les matches chaque fois qu’elle jouait, se qualifiait en finale de la coupe d’Afrique et le lundi, Ousmane Tanor Dieng tirait sa révérence. Cela doit nous enseigner un certain nombre de choses (…)". 
Il conclut pour dire : "Je voudrais saluer l’ensemble des acteurs politiques, la société civile, les autorités religieuses et la presse. Unanimement, l’hommage a été le même. Tout ceci a été rendu possible parce que, simplement aussi, le Président, Macky Sall, en perdant un allié et un collaborateur, a voulu rendre hommage non pas à un leader de Benno Book Yakaar (Bby) mais un homme politique fondamental qui a dédié sa vie à sa nation Sénégalaise".
Vendredi 19 Juillet 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :