Raja - Teungueth FC / Malickou Ndoye refait le match : « Ils ont tenté de mettre la pression sur l’arbitre… Avec la pluie, nous avons fait du "Navétane" pour gagner »


Le défenseur de Teungueth FCMalickou Ndoye (21 ans) a été l’un des principaux acteurs lors de la victoire du TFC contre l’ogre marocain le Raja de Casablanca. Revenant sur cette rencontre qui restera certainement dans les annales du football Africain et donc sénégalais, il dévoilera au micro de Dakaractu, les différentes étapes qui ont mené à cet exploit, mais aussi le déroulé de cette partie « insolite. » D’après le natif de Pikine, dès qu’ils ont eu connaissance de leur prochain adversaire au second tour, ils s’étaient préparés en conséquence. « Le coach avait déjà supervisé le Raja bien avant qu’on ne les croise au second tour…Il (Youssoupha Dabo) nous avait dit qu’ils étaient prenables. » Une sorte de promesse qui finira par être tenue.

Pour faire partie des champions, il faut battre les meilleurs a-t-on l’habitude de dire. De l’avis du jeune défenseur encore en terre marocaine (Hôtel Diwan, Casablanca), tout s’est joué dans la préparation. « Certes le Raja a une histoire et un énorme palmarès en Afrique mais on nous avait fait clairement comprendre que nous avions les armes pour leur tenir tête. Le staff technique a effectué un très bon travail, notamment sur le plan mental nous avons été gonflés à bloc… » Un mental d’acier et une culture de la gagne qui a souvent fait défaut au football sénégalais. 

Malgré les problèmes liés à sa licence d'entraîneur pas encore conforme à celles exigées par la CAF, Youssoupha Dabo (absent du banc de TFC ) et ses collaborateurs ont fait le nécessaire. « Nous avons abordé ce match en étant prêts sur tous les plans. Depuis le début, notre objectif est toujours de décrocher la qualification. Il n’était pas question de jouer les seconds rôles ou de nourrir un complexe d’infériorité… le match nul concédé à domicile (0-0) nous était favorable puisqu’on avait réussi à ne pas encaisser de but à domicile. C’est un résultat favorable sur un match aller-retour » 

Face à une formation joueuse et expérimentée, il fallait d’entrée, les empêcher de dérouler leur jeu léché, nous a confié Malickou. « Face au Raja, le coach a opté pour ce système assez offensif puisqu’on a aligné trois attaquants. En plus de cela il fallait qu’on soit assez haut sur le terrain pour pouvoir aller les chercher à travers un pressing… On peut dire que nous avons fait jeu égal. » Sur les deux matches TFC aura réussi l’exploit de museler l’attaque du Raja avant de les punir aux tirs au but.

Dans un contexte défavorable, l’ancien capitaine de Teungueth et ses coéquipiers ont vite pris leurs responsabilités… « C’est lors de l’échauffement  qu’on s’est rendu compte qu’il pleuvait. Là on s’est dit que ce sera difficile de jouer sur cette pelouse gorgée d’eau. On s’est réuni entre joueurs et droit dans les yeux on s’est dit "Les gars nous avons tous joué au Navétane (Championnat populaire souvent joué sur terrain sablonneux), ce match il va falloir le gagner avec les tripes !" Avec la pluie, nous avons fait du « Navétane » pour gagner. » Il fallait contenir les assauts marocains sous la pluie battante. Une configuration qui finira par avantager les Rufisquois, contre toute attente.
Teungueth FC qui se positionne désormais comme le nouveau porte-drapeau du football local sénégalais a d’une certaine façon brisé le fameux plafond de verre. Il faut reconnaître que les clubs sénégalais, sont souvent peu en réussite face aux équipes maghrébines.

Malickou Ndoye dévoile le secret de leur succès : « Sur le terrain, de la première à la dernière minute, nous sommes restés unis et solidaires. Pour nous qui sommes habitués à un climat tempéré, ce n’était pas du tout évident de se retrouver dans un pays avec des températures avoisinant les 8 degrés… Sur le terrain on a subi pas mal de choses (bousculades, insultes…) Ils ont tenté de mettre la pression sur l’arbitre pour gagner. Vers la fin, ils ont tout fait pour obtenir un penalty. Fort heureusement on s’était préparé à ce genre de situations », révèlera l’auteur du deuxième tir côté TFC, lors de cette séance fatidique de pénaltys.


Une nouvelle page de l’histoire du football sénégalais, près de 17 ans après le parcours de la Jeanne d’Arc de Dakar qui avait fini 2ème de son groupe avant de chuter en demi-finale contre l’ES Sahel (2-4, Ligue des champions CAF 2004.)
Mercredi 6 Janvier 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :