RIS AL WAHDA : Un troisième congrès ordinaire pour dénoncer l’homosexualité et réaffirmer un soutien aux peuples palestiniens, Rohingya et Ouighours.

Ce 02 Mai a connu la cérémonie de clôture du troisième congrès ordinaire du mouvement islamique RIS AL WAHDA sur le thème « le vivre ensemble à l’épreuve des mondes extrêmes » « la voix de l’islam, source de valeur et d’équilibre durable ».


« Savoir et se taire, c’est être complice ! »

 

Dans un cadre unitaire de défense des valeurs du peuple sénégalais, le mouvement RIS AL wahda s’est érigé en porte-parole pour dénoncer les faits marquants du changement notoire qui se fait remarquer au sein du pays. Il découle de ces observations le phénomène de l’homosexualité qui prend de plus en plus d’ampleur au Sénégal faisant ainsi l’objet d’une banalisation qui se manifeste à travers l’insertion de l’orientation sexuelle dans certaines séries, le port vestimentaire indécent et obscène, l’utilisation et l’instrumentalisation des célébrités pour véhiculer des messages ou images exaltant l’homosexualité. 

 

C’est l’occasion pour Mame Abdou Sine, Secrétaire général dudit mouvement  de revenir sur l’importance de ce congrès dans la recentralisation sur les valeurs cultuelles et culturelles nationales en condamnant avec énergie et vigueur toute tentative de promotion de l’homosexualité au Sénégal.

 

Il est également sorti de ce congrès la motion de soutien aux peuples palestiniens, Rohingya et Oighours. Par ailleurs, le Rassemblement Islamique du Sénégal réaffirme par la voix de son Secrétaire Général un soutien à ces trois peuples qui souffrent des plus cruelles agressions et privations de leurs droits, de la part de systèmes étatiques « usurpateurs, répressifs et dictatoriaux », disent-ils.

C’est le lieu pour Cheikh Matar Kébé, Président dudit mouvement d’interpeller à cet effet, par la voix du congrès, la communauté internationale pour que cessent sans délai, ces pratiques inhumaines et ces agressions contre d’innocents musulmans et invite au même titre le monde musulman à l’unité en rappelant les devoirs de ces derniers vis-à-vis de leurs frères persécutés en Palestine, en Birmanie et en Chine.

 

« Ce qui menace l’unité nationale et internationale »

 

Ce troisième congrès est également le lieu pour le Rassemblement Islamique du Sénégal d’analyser les faits déterminants de l’actualité nationale et internationale notamment les faits qui menacent l’unité à ces deux niveaux. 

 

Par ailleurs, le congrès après un long échange s’érige en délégué et appelle les dirigeants africains, au respect de leurs constitutions, des institutions de la République, du calendrier électoral pour la stabilité en Afrique, à une gestion humaine et concertée des migrations afin qu’elles ne soient pas un obstacle au développement des pays africains, à assainir les réseaux sociaux et à lutter contre toute forme de promotion des contre-valeurs au Sénégal. 

 

Enfin, le Rassemblement islamique demande à l’État du Sénégal de prendre les mesures idoines pour la relance économique et l’accès des jeunes à des emplois décents et exhorte dans cette même dynamique l’État à promouvoir la bonne gouvernance, l’égalité des chances dans l’insertion professionnelle et l’accès à la formation et prône une justice équitable pour mettre un terme à la crise de confiance des populations envers les institutions.

 

« Un renouvellement de confiance »

 

Le congrès ordinaire, au-delà de la mise en œuvre pour un cadre unitaire, a également abrité l’élection du président du Rassemblement Islamique du Sénégal lequel s’est déroulé sans vicissitudes. C’est le Président sortant Cheikh Matar Kébé qui a été réélu par ses collaborateurs qui se disent très satisfaits de son programme et ont unanimement choisi dans une continuité de leurs perspectives de renouveler leur confiance à l’endroit du sieur Kébé pour une durée de 4ans.    

 

Lundi 3 Mai 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :