REPORTAGE - Plage de Ngor, Bceao, Diamalaye… : Les jeunes retrouvent un peu le goût de la vie d'avant Covid-19, un risque de noyade accru…

Une saison d’été normale, contrairement à 2020, où les sorties à la plage entre amis étaient largement restreintes. Pas de couvre-feu et d’interdiction de transport interurbain, contrairement à l'année dernière, il y a donc bel et bien des sorties de plage entre amis. Ce qui peut entraîner une recrudescence des noyades, cet été. Les loisirs d’été font le bonheur des vendeuses de poissons braisées dont le business marche au rythme de la grande fréquentation des plages.


Dans les plages de Dakar, les jeunes retrouvent un peu le goût de la vie d'avant pandémie de coronavirus. Ils sont nombreux à s'être rués vers Ngor et Diamalaye pour, disent-ils, «prendre de l'air». 

Les plages ont retrouvé ainsi leur saveur d'antan, lorsque le Covid-19 n'existait pas. Les restrictions sanitaires semblent loin et un vent de liberté souffle sous les parasols de jeunes fêtards, bientôt en vacances.

À la plage derrière le Centre aéré de la Bceao, on commence à s'attabler sur les tables de vendeuses de poissons grillées  et ainsi échapper à la monotonie de cette année au goût amer de pandémie.

Alors que la saison dernière quasiment aucune baignade n'était possible, les jeunes dakarois ont cette fois saisi l'occasion de s'échapper à plus de quelques kilomètres de chez eux, vers Mbour, Somone et Saly.  

Ainsi, les maîtres-nageurs sont inquiets : ils redoutent que l’affluence entraîne une recrudescence des noyades, cet été. À la plage de Malika, des corps sans vie de jeunes ont été repêchés ce week-end suite à une noyade.

 
Mercredi 16 Juin 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :