Pur opportunisme politique!


Il ne peut pas y avoir plus opportuniste, en matière politique, que le Maire de Sokone, Mamadou Moustapha Guèye. Ses manœuvres et son éventuel soutien au chef de l’Etat qu’il n’écarte pas de rejoindre dans le cadre d’une alliance rappelle le règne animal où certaines espèces trouvent toujours la remarquable faculté d’adaptation aux modifications affectant leur écosystème. Aujourd’hui, Petit Guèye, sentant son fauteuil vaciller, engage une opération de charme en direction du Président de la République et son parti. Dommage pour lui. Il a raté depuis très longtemps le train du Président Macky Sall. Ses hésitations, tergiversations et ruses, ont fini de dévoiler  au grand jour, sa véritable nature. Il est à l’opposé du militant sincère qui a des convictions chevillées au corps. Mamadou M. Guèye est un carriériste, doué pour la conservation de la parcelle de pouvoir que Sokone est ses citoyens lui avaient confiée en 2014.

 Au bout de cinq années et après avoir perdu deux compétitions électorales, il devient manifeste que la population sokonoise a perdu toute confiance en son Maire. Il a dû faire la même lecture que nous. Mais en fin opportuniste politique, sa stratégie est de s’allier avec le pouvoir qu’il a toujours combattu. Excepté le référendum, Petit Guèye a jusqu’ici pris part à des alliances ayant fait face à Benno Bokk Yakaar et son chef. D’abord, il s’est allié avec Cheikh Tidiane Gadio pour être battu à plate couture durant les dernières législatives. Il sera ensuite, écrasé par la coalition au pouvoir, à l’occasion de la récente présidentielle où M. Guèye a soutenu le candidat Idrissa Seck. Des déculottés qui l’ont ramené sur terre pour se rendre compte de son impopularité et sa perte de terrain politique.   

 Le téléthon, le foncier…

 Quelque part, on se demande si le Maire est mentalement stable. Un questionnement qui se fonde sur la nature des promesses qu’il est capable de faire mais surtout sur les histoires à dormir debout qu’il ne cesse de raconter à ses interlocuteurs. Cela est d’ailleurs renforcé par sa faculté à sortir des propositions farfelues dans le genre «Une commune un milliard» et sa capacité à noué de nouvelles alliances, sans tête ni queue, à chaque veille d’élection.

Petit Guèye, avant de déclarer son intention de briguer un second mandat à la tête de la mairie de Sokone, aurait dû prendre le soin d’éclairer la lanterne des populations sur les fonds récoltés à l’issue du téléthon qu’il avait organisé au début de son magistère. Les vingt millions FCfa collectés à l’époque, restent introuvables jusqu’à ce jour. A quoi ont-ils servi ? Ont-ils été détournés par l’édile ? Les Sokonois aimeraient quand même être édifiés. La gestion du foncier, les litiges qu’elle provoque, l’accaparement de terre appartenant à des privés et la distribution de parcelles suivant la tête du demandeur sont d’autres difficultés qui rythment le quotidien des Sokonois.

 Petit, les vraies questions sont là

A exactement neuf mois de la fin de son mandant, il ne serait pas inutile que Petit Guèye revienne sur son bilan en mettant en évidence ses résultats positifs et ses échecs. Une telle position éclairerait davantage les votants de décembre 2019. Mais cela pourrait s’avérer gênant pour M. Maire. Lui qui avait soutenu et convaincu en 2014 les habitants de Mbouldiamé qu’une fois élu, il construirait à neuf le pont qui enjambe le bolong  et les sépare du reste de Sokone. Il avait d’ailleurs poussé la promesse jusqu’à dire qu’il y mettrait le bitume. Dans une verve démagogique sans nom, il avait promis de draguer le principal canal qui conduit Sokone vers les îles du Saloum. Il avait en outre promis de mettre de l’électricité dans les quartiers qui n’en avaient pas en plus d’étendre le réseau d’adduction d’eau et bâtir une promenade autour de laquelle seraient agglutinées des infrastructures sportives. Il avait promis de l’emploi aux jeunes et des activités génératrices de revenus aux femmes. Les plus lucides dans son entourage lui ont souvent demandé avec quels moyens. Il répondait qu’avec son expérience de fonctionnaire international, il avait tissé des relations avec des partenaires financiers qui étaient juste en attente de son élection pour injecter les fonds nécessaires au développement de Sokone.

Alioune Badara COULIBALY

Citoyen Sokonois
Samedi 16 Mars 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :