Proxénétisme : La dame M. D. Sarr recrutait des filles mineures pour recevoir les appels des clients qui souhaitaient des parties de jambes en l'air.

Mame Diarra Sarr, Fatou Ba, Ndèye Fatou Sow et Moussou Sidibé ont comparu à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar ce mercredi 01 décembre 2021 pour répondre des faits de proxénétisme, corruption de mineure et défaut de carnet sanitaire. Elles ont toutes été condamnées à 15 jours ferme sauf la dernière. Pour la corruption de mineure, c’est aussi constant, car elle a regroupé deux mineures dans le but de les pervertir.


Proxénétisme : La dame M. D. Sarr recrutait des filles mineures pour recevoir les appels des clients qui souhaitaient des parties de jambes en l'air.
Les incessants va-et-vient ont éveillé les soupçons des voisins qui n’ont pas tardé à alerter la police. C’est suite à cette dénonciation des voisins que les éléments de la police ont effectué une descente impromptue dans le domicile de Mame Diarra Sarr considérée comme la cheffe de bande. 

Sur place, les enquêteurs ont trouvé les prévenues entretenant des parties de jambes en l’air sans carnet sanitaire. En outre, les limiers ont découvert 50 préservatifs, des lubrifiants et deux jeunes mineures de 16 ans dont l’une est la fille de Diarra, l’autre ayant fugué de Tattaguine pour venir s’installer à Dakar afin de s'adonner à la prostitution.  Arrêtées et placées sous mandat de dépôt, elles ont donc été jugées ce mercredi 01 décembre 2021. 

 À la barre, les mises en cause, bien qu'ayant toutes reconnu s'activer dans la prostitution, elles n'ont pas moins récusé le délit du défaut de carnet sanitaire. Interrogée la première, Mame Diarra Sarr dira :  « je n’ai incité personne dans la perversité, je vis avec ma fille dans l’appartement et je reconnais que je pratique le métier, mais je respecte les règles, j’ai toujours mon carnet sanitaire dans les mains. »

Concernant la mineure de 16 ans, Fatou Diarra, Mame Diarra explique : « la petite a fugué pour venir à Dakar et comme elle n'avait pas de connaissances ici, j’avais pris l’engagement de la retenir chez moi juste le temps qu’elle puisse retourner au village. J’avais même pris la décision de la retourner à Tattaguine. »

Des allégations qui ne collent pas avec celles des  mineures Khady et Fatou qui ont fait savoir que Mame Diarra les faisait travailler comme réceptionnistes d’appel téléphonique, pour fixer les prix et présenter les différents services qu'elles offraient. En contre partie elles recevaient des IPhone comme cadeaux de leur patronne. 

À leur tour, Ndèye Fatou Sow et Moussou ont nié les faits qui leur sont reprochés. Elles déclarent qu’elles étaient  venues rendre une visite de courtoisie à leur amie Mame Diarra au moment de la descente des limiers.

À la lumière des faits, le ministère public a requis à l'encontre de Moussou Sidibé 1 mois assorti de sursis et 6 mois dont 15 jours ferme à l'encontre des trois autres. 
 
Finalement, le juge a relaxé Moussou Sidibé avant de condamner Mame Diarra Sarr, Fatou Ba et Ndèye Fatou Sow à 6 mois d’emprisonnement dont 15 jours ferme...
Vendredi 3 Décembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :