Protection des données personnelles : ‘’Le citoyen numérique’’ au cœur d’une assemblée des autorités francophones à Dakar


Protection des données personnelles : ‘’Le citoyen numérique’’ au cœur d’une assemblée des autorités francophones à Dakar
Considérant l’importance croissante du traitement des données à caractère personnel dans l’économie mondiale et particulièrement africaine, l’intensification de leur circulation et de leur valorisation économique, une conférence annuelle de l’Association Francophones des Autorités de Protection des Données Personnelles (AFAPDP) s’est tenue ce 17 septembre, à Dakar, en collaboration avec l’instance nationale en charge de la protection des données personnelles (CDP) pour se pencher sur ‘’le citoyen numérique’’. 

‘’Dans la protection des données personnelles, il n’y a pas de citoyen simple, quand on parle de données personnelles, on parle de l’individu, donc il est au cœur du système de promotion, il est au centre de notre vision et de notre politique’’, a confié la présidente de la Commission de Protection des Données Personnelles, Awa Ndiaye. Selon elle, ce rendez-vous annuel permet de mener des réflexions sur les bonnes pratiques pour des pistes de solution. ’’C’est pour harmoniser nos points de vue, nos politiques, mais c’est également une occasion pour s’adresser au grand public, à nos autorités administratives, à l’administration privée et tous ceux qui sont intéressés et parties prenantes à la promotion des données personnelles’’, a-t-elle renseigné.

Les données à caractère personnel sont des éléments constitutifs de la personne humaine qui dispose, dès lors, de droits inaliénables sur celles-ci. Ainsi, pour un meilleur encadrement dans la numérisation galopante et excessive des sociétés particulièrement africaines, il est indispensable que la protection passe par l’édiction de normes, de textes réglementaires, mais surtout principalement et personnellement de faire du développement de la culture, la sensibilisation des personnes une priorité pour que l’individu, principal concerné soit conscient des risques qu’il peut encourir, révèle le président de l’Association Francophone des Autorités de Protection des Données Personnelles Chawki Gades. Ce dernier n’a pas omis d’insister sur un rôle de veille que doit adopter les personnes pour plus de sécurité dans la sauvegarde de leurs données personnelles. ‘’ Être responsable pour pouvoir se protéger soi-même, d’ailleurs, notre slogan au niveau de notre instance c’est ‘’aidez nous à mieux protéger vos données personnelles’’. C’est une action qui ne peut pas être seulement celle des instances de protection, c’est aussi une action concertée et réalisée par tous les intervenants dans la société, notamment, la société civile, les médias entre autres pour pouvoir les sensibiliser à une plus grande vigilance concernant la protection des données. Les instances restent un dernier recours en cas de violation des données pour défendre les droits des individus’’, avance l’autorité francophone.

Contrairement à ceux qui soutiennent que l’Afrique traîne encore le pied dans la préservation des données à caractère personnel, Chawki Gades a profité de la tribune pour livrer des assurances.

‘’Même les Nations Unies n’ont pas mis la question de la protection des données personnelles dans les objectifs de l’organisation internationale, donc ce n’est pas seulement l’Afrique qui prend le temps d’installer cette préoccupation dans ses priorités, mais je pense que l’Afrique pendant ces dernières années a fais un bond extraordinaire. Il n’y a presque plus d’État qui n’a pas de lois sur la protection de données en Afrique. Le continent a fait des avancées extraordinaires, la concertation dans le cadre du réseau africain pourra amener un développement beaucoup plus important dans la protection des données dans nos sociétés’’, a conclu le président de l’Association Francophone des Autorités de Protection des Données Personnelles.

Chawki Gades et la Secrétaire Générale de l’AFAPDP, Isabelle Falque-Pierrotin sont à Dakar pour faire entendre la voix de la mission de l’instance francophone pour une meilleure protection des droits humains, la promotion des droits humains, la protection de la vie privée de cette société numérique.


Mercredi 18 Septembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :