Projet d’extension du RNU : 1million de ménages « vulnérables », le nouveau challenge de la DGPSN.


Issu de la base de données du programme des bourses de sécurité sociale, le Registre National Unique (RNU) a déjà permis l’enrôlement de plus de 10.000 ménages pauvres et couvre 580.000 ménages à ce jour. Devenu institutionnel, ce registre vise désormais le million de ménages, « vulnérables ». Une annonce faite par Aminata Sow, la Déléguée Générale de la DGPSN (Protection sociale et solidarité nationale)
 
 
 
« Vulnérabilité et Pauvreté, sur quels critères se base le registre ?»
 
« L’intervention des filets sociaux se fait selon des paramètres spécifiques. »
 
Le système mis en place met en avant la solidarité sur cette base et c’est la population qui appuie une candidature choisie au préalable. Le responsable dudit programme a édifié lors des échanges les interrogations essentielles qui gravitent autour de la sélection des bénéficiaires de la bourse de sécurité familiale.
 
Après de longs échanges sur les stratégies nationales de protection sociale, il ressort que
 
80% de la population sénégalaise n’a pas de revenus. Ce qui signifie que seulement 20% de la population a un revenu fixe.
 
 
 
« Le PNBSF n’est pas une politique »
 
L’atelier des professionnels des médias est l’occasion pour la DGPSN de revenir en détails sur les tenants et aboutissants du Programme national des bourses de Sécurité familiale. Selon le chargé du PNBSF, ledit programme vient en continuité au RNU. C’est dire que pour bénéficier de la bourse, il faut au préalable figurer dans le registre national unique. Le PNBSF est un levier qui permet de minimiser la vulnérabilité face aux chocs.
 
Pour une équité efficiente, le PNBSF a misé sur une approche trilogique pour l’atteinte des résultats escomptés.
 
Comme dans tout programme, le PNBSF connaît des manquements. Au niveau de la programmation du paiement de ladite bourse, l’organisme parapublic la Poste est souvent confrontée aux maux qui gangrènent la société sénégalaise qui ne se familiarise que depuis peu à la digitalisation.
 
 
Pour finir, le chargé du programme a rappelé l’urgence qui subsiste dans l’intervention sociale.
Mardi 28 Décembre 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :