Production de vaccins anti-Covid-19 par l’IPD : Un projet structuré sur 200 millions d’Euros pour produire 300 millions de doses par an et créer 300 emplois qualifiés.


C’est un investissement important qui devra répondre à la satisfaction de besoins vaccinaux pour éradiquer la pandémie de Covid-19. C’est dans cette perspective que l’Institut Pasteur de Dakar s’est engagé en se portant volontaire pour la fabrication de vaccins anti Covid-19. L'Afrique doit produire ses vaccins et dans l’urgence. C’est ce qui a motivé ce large partenariat entre le Sénégal et les partenaires techniques et financiers.

Après la rencontre à Bruxelles qui a vu les échanges très avancés en Avril dernier, ce vendredi, le projet commun pour la production anti Covid-19 semble prendre la dynamique Fast-Track. Le ministre de l’économie, du plan et de la coopération, Amadou Hott, Mme Irène Mingasson, Ambassadeur de l’Union Européenne, Mme Maria Shaw Barragan, directrice de la Banque Européenne d’Investissement/Afrique, Amadou Alpha Sall, administrateur général de l’Institut Pasteur de Dakar,  Aliou Maïga, directeur régional de la Société financière internationale et Thierry Breton, commissaire européen chargé de la politique industrielle, du marché intérieur, du numérique, de la Défense et de l’espace, se sont retrouvés cet après-midi pour accélérer la deuxième phase.

Pour la première, les études préliminaires ont été estimées à 10 millions d’euros. Cependant, il a été heureux, d’après Thierry Breton, de constater que cette estimation a été dépassée avec 16 millions d’euros d’investissements qui ont été atteints ( 60% de plus). Dans la seconde phase, la team Europe qui représente les partenaires du Sénégal pour la production des vaccins, se dit engagée et bien présente dans cette deuxième phase qui devra voir le Sénégal, à travers l’Institut Pasteur de Dakar, produire ses premières doses à partir du premier trimestre de l’année 2022.

Au total, c’est un projet phasé sur 200 millions d’euros qui va produire chaque année 300 millions de doses et qui va engager 300 personnes qualifiées.

Dans la deuxième phase, l’Allemagne va contribuer à hauteur de 20 millions d’euros, l’UE 15 millions d’euros. Il faut également souligner la participation de la Banque mondiale à hauteur de 3,4 millions de dollars, les DFC et les États-Unis 3,3 millions de dollars, l’AFD 1,8 millions d’euros et l’État du Sénégal qui contribue à cet effort en donnant 2 millions de dollars plus le terrain à Diamniadio.
Vendredi 9 Juillet 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :