Procès pour terrorisme présumé : Ousseynou Diop, à quitte ou double ?


Procès pour terrorisme présumé : Ousseynou Diop, à quitte ou double ?
Après les attentats du 7 janvier 2015 visant Charlie Hebdo perpétrés par les frères Chérif et Said Kouachi liés à Al Qaida dans la Péninsule arabique (AQPA) suivis de la tuerie d'une supérette casher à la porte de Vincennes commis par Amedy Coulibaly, un jeune sénégalais de 20 ans s'était fendu d'un commentaire pour le moins apologiste sur le réseau social, Facebook.
Se cachant sous le pseudonyme de “Weuz Hussein” qu'il changera ensuite en “Hussein al Tijani”, il se félicitait de ces attentats et en annonçait d'autres à l'occasion d'un match de football devant opposer Lyon et Nice. Mal lui en a pris. Borné immédiatement par les radars français, il est cueilli trois jours après son post par des éléments de la Division des investigations criminelles qui se sont transportés à Thiès où il se trouvait.
Placé sous mandat de dépôt depuis lors, il voit enfin le bout du tunnel en ce sens que le procès tant espéré et réclamé et par lui et par ses proches, se tient enfin ce mercredi 26 décembre. Ousseynou Diop comparaitra devant le tribunal correctionnel de Dakar.
Le juge d'instruction qui suivait son dossier a rendu, depuis le 19 novembre dernier, une ordonnance de renvoi et a donné un non-lieu partiel à l'apprenant qui voit ainsi les griefs retenus contre lui passer de trois à deux. Désormais, il doit répondre des chefs d'inculpation d'actes terroristes et menaces alors qu'à l'origine, il devait aussi répondre d'apologie du terrorisme.
Un grand ouf de soulagement pour l'étudiant inscrit à l'Université Cheikh Anta Diop mais aussi pour ses proches qui n'ont cessé de demander sa libération. El Hadji Khar Sène en fait partie.
Président du Collectif pour la libération de Ousseynou Diop, il est très optimiste quant à l'issue de ce procès qui doit s'ouvrir demain à la salle 3 du tribunal de Dakar. "Nous espérons vraiment qu'il sera libéré puisque le plus dur est passé. Il a bénéficié d'un non-lieu partiel et ne fera pas face à la chambre criminelle. C'est ce que nous craignions le plus", soupire ce soutien du "Matheux" comme l'appelle l'un de ses avocats, Me Khoureychi Bâ. "Nous sommes en train de nous mobiliser pour le soutenir et espérons qu'il rentrera avec nous", espère El Hadj Khar Sène selon qui, le prévenu est danÀ un état d'esprit positif.
A la question de savoir les raisons de ce revirement connu dans le dossier de l'étudiant qui menaçait la France de nouveaux attentats après ceux de Charlie Hebdo qui ont fait en tout 17 morts, Khar Sène qui suit le dossier de très près croit savoir que les regrets de l'inculpé y sont pour quelque chose. “Il a fait amende honorable et a admis s'être trompé”, renseigne-t-il. Mais selon l'activiste, “le temps qu'a duré l'enquête aura prouvé que Ousseynou Diop n'est coupable que de sa naïveté”.
Dans tous les cas, le juge correctionnel aura du pain sur la planche surtout que les dossiers liés au terrorisme semblent les plus complexes. Ce n'est pas pour rien si les autorités judiciaires ont pensé à créer une chambre criminelle spéciale qui ne s'occupe que de cette “thématique” même si son président Samba Kane a fait montre d'une sérénité impressionnante lors du procès de l'Imam Alioune Ndao et de ses co-accusés.
Procès à l'issue duquel le religieux de Kaolack a recouvré la liberté puisque n'ayant été condamné qu'à trois mois avec sursis pour détention illégale d'armes. Quant à ses acolytes au nombre de 28, ils ont bénéficié de fortunes diverses allant de l’acquittement à une peine de 20 ans de travaux forcés.
Mercredi 26 Décembre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :