Procès en appel : Khalifa et Cie reprennent le chemin du palais aujourd’hui

La Cour d’appel de Dakar va-t-elle confirmer ou infirmer les 5 ans de prison ferme prononcés en première instance contre Khalifa Sall ? On aura la réponse avec le procès en appel qui s’ouvre aujourd’hui.
Pour mémoire, ce sont les avocats de l’édile de Dakar qui avaient interjeté appel pour contester la décision rendue par le juge Malick Lamotte.


Procès en appel : Khalifa et Cie reprennent le chemin du palais aujourd’hui
C’est aujourd’hui que le maire de Dakar et ses co-prévenus vont se présenter devant le juge Demba Kandji, président de la Cour d’appel de Dakar. Ils seront rejugés dans l’affaire dite de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Avec cette nouvelle audience, la Cour d’appel de Dakar dira si elle confirme ou infirme la décision rendue en première instance par le tribunal correctionnel, condamnant l’édile de Dakar à 5 ans de prison assortis d’une amende de 5 millions. En effet, les avocats de la défense avaient interjeté appel pour contester le jugement de Malick Lamotte. Ces mêmes avocats avaient dénoncé, tout au long de cette procédure, les violations des droits de leurs clients. Me Ciré Clédor Ly, un des défenseurs de l’édile de Dakar, avait déclaré que les droits de leur client avaient déjà étaient bafoués. « Nul ne peut nier que les droits de Khalifa Sall ne sont pas déjà bafoués. Alors, quelle mesure propose-t-il pour mettre fin à cela. J’ai fait comprendre que Khalifa n’a jamais voulu être en marge du citoyen lambda. Nous savons que ce qui est recherché, c’est la condamnation de Khalifa. Alors qu’est-ce que le Ministre de la Justice peut faire ? On verra», déclare-t-il. Pourtant, le Ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall, avait fait une sortie disant que : « la détention provisoire de Khalifa Sall n’enfreint en rien la loi et qu’il n’y a aucun risque que ses droits ne soient pas respectés ».

Ce que le pôle d’avocats a balayé d’un revers de main. Selon toujours Me Ciré Clédor Ly, nul ne peut nier que les droits de Khalifa Sall ont, déjà, été violés. Ce qui importe, alors, pour la robe noire, c’est quelle mesure concrète le ministre compte-t-il prendre pour mettre fin à cette détention provisoire. Poursuivant, la robe noire précise qu’ils n’ont jamais dit que Khalifa Sal n’est pas un citoyen comme les autres. « Mais, la proposition analysée, peut dire que l’État est décidé à aller jusqu’au bout et à persévérer dans les violations des droits de Khalifa Sall. Il faut bien analyser les propos du ministre. Ils contiennent beaucoup de propositions et plusieurs sous-entendus », a encore dit Me Ciré Clédor Ly. « Et c’est la raison pour laquelle il revendique ses droits. La violation des droits de Khalifa Sall a commencé dès l’entame de la procédure. Et cela, le ministre ne peut pas l’ignorer. Parce que nous savons qu’il y a des réunions du parquet qui se tiennent au ministère pour les dossiers sensibles », a dit la robe noire. Quant aux souteneurs de Khalifa Sall, ils ont partout dit que ce procès était politique. Reste à savoir si la Cour d’appel va confirmer ou infirmer les 5 ans de prisons prononcés contre Khalifa Sall.


Rewmi Quotidien
Mardi 5 Juin 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :