Procès des danseurs de Waly Seck : Les prévenus confondent leurs actes au rythme musical « Ci daneel bileu, daneel leu rek » et demandent pardon...


Les prévenus Mouhamed Samb alias Ameth Thiou et Mohamed Badiane alias Eumeudy Badiane ont comparu ce mardi 29 juin, devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, pour acte impudique et outrage public aux bonnes moeurs. Les deux danseurs de Waly Seck seront édifiés sur leur sort le 06 juillet prochain. 

Vêtu d'un boubou traditionnel de couleur blanche, Mouhamed Samb alias Ameth Thiou a contesté les faits qui leur sont reprochés. "Nous avons commencé la danse depuis 2003. C'est une danse comique. Et, il n'a jamais été dans nos intentions de heurter les mœurs. C'était juste de la comédie, une remémoration. Je demande pardon. On n'a jamais commis un acte de telle nature", s'est-il expliqué. À propos de l'action de la danse, il répond en ses termes : " Ci daneel bileu, daneel leu rek". 

Ainsi, il revêt des débats d'audience, qu'à l'enquête préliminaire, les prévenus avaient reconnu qu'ils s'étaient embarrassés, mais, leur intention n'était pas pour heurter. Cette danse on l'a faite devant plusieurs personnes et personnalités, notamment des chefs d'État.   

À son tour, Mouhamed Badiane dit Emeudy Badiane né en 1978 et domicilié à Yoff Virage a contesté lui aussi les faits. "C'était dans le cadre d'une danse comique. Et on a eu à la faire sur beaucoup de scènes à l'époque de Thione Seck. Ce n'était qu'une simulation. Je regrette et nous demandons pardon", s'est-il défendu. 
"Ce que je veux savoir, c'est si vous vous êtes embrassés", demande le juge. Il rétorque : " On ne s'est jamais embrassé sur scène. C'était juste une simulation". 

Ce geste a été ignoble. Est-ce que vous avez répété cette danse auparavant ?", lui demandera le  juge. Il répond par la négative : "on n'a pas répété cette danse avant ce concert. C'était juste un spectacle. On l'a juste improvisé". 

Prenant la parole, le représentant du ministère public a, à l'entame de son réquisitoire, rappelé au tribunal que nous sommes au Sénégal un pays composé à 99 % de croyants, un pays qui peut se targuer d'hommes de valeur. "Il faut rappeler à ces prévenus que nous sommes chez Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul, Cheikh Ibrahima Niass, de El Hadji  Oumar Foutiyou Tall où le clergé entretient des valeurs. Ce sont ces hommes qui façonnent ce pays. C'est pourquoi cette scène a été à l'origine d'un scandale. Un baiser entre deux hommes n'est pas encore entré dans nos réalités", a souligné le procureur qui précise que lors de cette scène, il y a eu un baiser et c'est un acte grave qu'ils ont posé intentionnellement parce qu'ils se sont pris dans les bras, ont dansé pendant quelques moments avant de passer à l'acte.

Selon lui, c'est un acte gravissime et qui porte atteinte à l'honneur de ce pays. Et sur cette terre bénie, nous n'entendons pas accepter de tels faits. Sur ce, le parquet a requis 2 ans d'emprisonnement dont 6 mois ferme contre les deux danseurs.

Selon Me Abdoulaye Tall, c'est un dossier qui a été outrageusement exagéré et il faut le ramener à ses justes proportions. À cet effet, il plaidera pour la relaxe des mis en cause au bénéfice du doute. Quant à Me Abdou Dialy Kane, ce geste a été fait dans une hystérie collective. Ils ne constituent pas un danger pour la société et personne ne peut soutenir qu'ils pervertissent la Jeunesse. 

Délibéré le 06 juillet prochain...
Mardi 29 Juin 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :