Problème Isja et les deux pharmaciens licenciés : Le Collectif  « AND SAMM JIKKO YI » décrie « des mesures aux antipodes de notre légendaire tolérance. »

Réunie ce mercredi à la mosquée du Point E, le collectif AND SAMM JIKKO YI pour dénoncer le cas des deux «2 » pharmaciens licenciés à la pharmacie Guigon, le cas de la note de service de l’IEA (Institut Européen des Affaires) interdisant la prière dans l’enceinte de leur établissement et le cas d’ISJA (Institut Sainte Jeanne d’Arc) qui veut imposer un règlement intérieur qui viole les lois et règlements du pays.


Le coordinateur du collectif Ababcar Mboup en compagnie des imams Cheikh Omar Diagne, Pape Mboup, Pape Mbaye, Aboubacry Faye, Serigne Dame Diop et Sokhna Soda Diop ont tous décrié ces mesures aux antipodes de notre légendaire tolérance.

Premièrement, la Direction de la pharmacie Guigon sort une note de service interdisant au personnel, composé à 80% de musulmans, de faire la prière aux heures de travail. Près de deux mois après, le 25 juillet précisément,  le directeur général Bernard Henri Guigon notifie aux docteurs Khadim Dioum et Dame Dia, leur licenciement pour mauvaise manière de servir et insubordination. 

Deuxièmement, en Août 2019, l’Institut Européen des Affaires établi à Dakar, publie une note de service très osée à l’intention du personnel enseignant et administratif ainsi qu’aux étudiants de l’école : « En conformité avec l’article 13 du règlement intérieur de l’établissement IEA-Dakar,  se référant à la charte de laïcité de l’établissement, la loi d’orientation et de programme pour la refondation de l’école de la République, il est porté à la connaissance de toutes et tous que l’IEA est une institution laïque, par conséquent, il est formellement interdit de prier dans l’enceinte de l’établissement. »

Troisièmement, le mardi 03 Septembre 2019, ce fut la rentée des classes à l’institut Sainte Jeanne d’Arc de Dakar. Avant le début des cours, toutes les élèves voilées furent sorties de classe et parquées dans la cour de l’école, en attendant l’arrivée de leurs parents. La direction de l’ISJA leur signifie que l’article 5 du règlement intérieur exige des élèves « une coiffure découverte », ce qui n’est pas conforme avec l’accoutrement des 23 élèves voilées.

Le coordinateur du collectif AND SAMM JIKKO YII demande, au regard de ces provocations inacceptables, dans un pays comme le Sénégal, si la succession chronologique des faits et la similitude des procédés, ne s’inscrivent pas dans une logique de déstabilisation de notre pays via des attaques frontales contre la foi des habitants de ce pays.  

 Selon Ababcar Mboup, les autorités religieuses, politiques et coutumières, ainsi que le citoyen lambda sont tous interpellés par ces dérapages gravissimes qui dénotent un manque criard de respect à l’égard de l’Islam et des musulmans.


Problème Isja et les deux pharmaciens licenciés : Le Collectif  « AND SAMM JIKKO YI » décrie « des mesures aux antipodes de notre légendaire tolérance. »
Mercredi 18 Septembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :