Présidentielle 2019 : Jour de vérité pour Karim et Khalifa


Présidentielle 2019 : Jour de vérité pour Karim et Khalifa
Ce jeudi 30 sont attendus à la fois le verdict de Khalifa Sall en appel dans le cadre de la caisse d’avance, et celui de Karim Wade devant la Cour suprême sur la recevabilité ou non de son dossier d’inscription sur les listes électorales.

Deux affaires qui n’ont apparemment aucun lien, mais qui, du fait de la qualité de leaders politiques des mis en cause, en a.

Khalifa Sall, le Maire de Dakar, et Karim Wade, le fils de l’ancien Président investi candidat du Parti démocratique sénégalais (Pds), ont cette similitude d’être deux potentiels candidats à la prochaine présidentielle de février 2019. Ils sont alors deux prétendants sérieux au fauteuil présidentiel face à un candidat sortant qui se trouve être Macky Sall.

Et, autre similitude entre les deux cas, leurs alliés respectifs restent convaincus que les affaires judiciaires ouvertes à leur encontre ne sont rien d’autres que des stratégies du pouvoir afin de les écarter de la course à la présidentielle.

En conséquence, leurs destins politiques se jouent aujourd’hui.

Si le verdict en appel de Khalifa Sall confirme la condamnation en première instance de 5 ans, l’homme va perdre ses droits civils et civiques et devra mettre un trait, pour le moment, sur ses ambitions présidentielles.

Quant à Karim Wade, il ne se fait guère d’illusion sur l’issue de son procès devant la Cour suprême, si l’on en juge par la véhémence de sa sortie contre son président Badio Camara.

La réalité est que si la haute juridiction lui refuse le droit de s’inscrire sur les listes électorales, il devra lui aussi reconsidérer ses ambitions à la baisse, même si ses partisans ne l’entendent pas de cette oreille.

Du coup, ce jeudi pourrait également être le point de départ de manifestations et d’autres initiatives malheureuses qui ne sont pas encore révélées, mais qui pourraient se prolonger jusqu’aux élections.

Et Karim n’est pas le seul à ne pas se faire trop d’illusions. Dans les rangs des partisans du Maire de Dakar, l’espoir est très mince. Ils prennent exemple sur ‘’les nombreuses violations de ses droits’’ constatées au fil du temps depuis que l’affaire a été enclenchée.

Alors, si ces deux leaders sont écartés, cela aura pour conséquence de radicaliser leurs souteneurs et partisans.

Cependant, comme il est toujours important de le souligner, les batailles politiques doivent rester dans le cadre normatif et légal. Il n’est point besoin de remettre en cause la stabilité du pays pour accéder au pouvoir ou pour y rester.

Malheureusement, l’attitude observée chez les libéraux du Pds montre à quel point ils sont déterminés à en découdre. Dire qu’ils vont empêcher la tenue de l’élection est une façon de prôner la manière forte qui n’aura pour conséquence que de plonger le Sénégal dans les pires scénarii connus au Togo et ailleurs.

Et comme tout fini par le dialogue, il faudrait commencer par là. Eviter à tout prix l’escalade, c’est cela qui doit être le leitmotiv qui guide les actions.

Les personnes qui ont trouvé la mort dans les manifestations en 2012, comme Mamadou Diop, ont été sacrifiées pour rien parce que tout de suite oubliées.

C’est pour cela que le peuple doit toujours faire preuve de plus de maturité et ne pas céder à la tentation de régler les problèmes par la violence.

Certes, notre Justice manque d’indépendance, les règles du jeu électoral sont parfois floues, mais cela ne saurait justifier la violence politique.

Du côté du pouvoir, il n’est pas encore tard de faire montre de sa bonne foi.

Les citoyens se demandent ce que fait encore Karim Wade au Qatar après avoir été gracié et pourquoi Khalifa Sall ne bénéficie-t-il pas d’une liberté provisoire ?

L’arrêt de la Cedeao était une occasion en or, et on a préféré le statu quo, perçu par certains comme une provocation.

C’est pourquoi si tout le monde se met à faire des efforts, notre pays sera préservé de ce que beaucoup redoutent tant : Des troubles politiques graves.

Rewmi Quotidien
Jeudi 30 Août 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :