Présidentielle 2019 : Boubacar Camara soupçonne une mascarade électorale, organisée à partir des numéros CEDEAO


Recalé à l’issue des opérations de parrainage, Boubacar Camara n’a pas jeté le manche après la cognée. De la tribune de « Face à Dakaractu » ce vendredi, il a accusé le Conseil constitutionnel d’avoir manœuvré, dans le sens des intérêts du pouvoir sortant, pour éliminer des candidats.

« On risque d’assister au pire avec l’élection du 24 février », alerte le superviseur de "Sonko Président". « Dans le fichier qui vient d’être rendu public, il n’y a pas de numéro CEDEAO. A partir du numéro CEDEAO, ils peuvent créer d’autres cartes d’électeurs. Vous avez vu des citoyens transportés matinalement à la DAF par cars et on croit qu’ils y vont pour s’inscrire. En réalité, ils sont déjà inscrits », informe-t-il ; avant de justifier : « C’est pourquoi l’opposition exige qu’on lui donne une liste comportant numéros CEDEAO de personnes dont les noms figurent sur les listes électorales. C’est ce qui va nous permettre de contrôler les doublons et les cas de citoyens détenteurs de cartes, alors qu’ils n’en avaient pas droit. Nous avons vu, avec le parrainage, des cas où deux personnes partagent le même numéro CEDEAO, aussi  des cas où la personne a un numéro de carte d’électeur tout en n'étant pas attributaire de numéro CEDEAO. Le système qu’ils ont monté lors des parrainages pour éliminer des candidats sera différent de celui qu’ils vont utiliser pour organiser une mascarade électorale ».

Ainsi, M. Camara exhorte les Sénégalais à aller voter massivement le 24 février prochain. « Quand la contestation atteindra un certain niveau, leur plan ne passera pas », encourage-t-il, pour finir.  

 
Vendredi 15 Février 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :
Lettre à une soeur...

Lettre à une soeur... - 25/06/2019