Présidence de la CAF : Qui sont les autres prétendants au fauteuil continental ?

Cinq candidats pour un fauteuil c’est le scénario actuel auquel on assiste avec l’ouverture de l’élection à l’issue de laquelle le prochain président de la CAF sera élu à la date du 12 mars 2021 à Rabat (Maroc.) Après la déclaration de candidature du président de la fédération Sénégalaise de football, Me Augustin Senghor présenté comme un sérieux challenger à Ahmad Ahmad, la rédaction s’est aussi intéressée au profil des autres prétendants en lice…


Jacques Anouma : L’expérience et le savoir-faire en bandoulière 

À 69 ans, Jacques Bernard Daniel Anouma, le natif d’Alépé, une petite ville située à 45 km au nord-est d’Abidjan (Côte d’ivoire) présente un solide background.

L’ancien président de la fédération Ivoirienne de football et de l’UFOA figure sans grande surprise parmi les favoris de cette course à la présidence. « Je n’ai pas honte de mon bilan », avait-il lâché dans les colonnes du magazine Jeune Afrique, le 11 juillet 2011 au moment de rendre le tablier. Auparavant, Anouma qui a consommé deux mandats à la FIF, avait réussi la prouesse de qualifier deux fois d’affilée la sélection Ivoirienne à une coupe du monde de football.


L’ancien cadre à la compagnie Air France de Côte d’ivoire et de Renault, qui a officialisé sa candidature le 7 novembre dernier, bénéficie d’ores et déjà du soutien des fédérations Kenyane, Béninoise et Nigérienne… Après une première candidature avortée en 2013, contre Issa Iyatou. Celle-ci pourrait être la bonne pour l’Ivoirien qui a promis d’exercer un seul mandat de 4 ans une fois élu.

Anouma qui a une trentaine d'années d’expérience dans le management sportif, fut aussi le chef du service financier de la présidence de la République de 2000 à 2010 en plus d’être membre du comité exécutif de la FIFA depuis 2006.  

Ahmed Yahya, l’incarnation du renouveau depuis une décennie

Depuis 9 ans et 5 mois, celui qui a été élu président de la fédération de football de la République Islamique de Mauritanienne (FFRIM), Ahmed Yahya continue de hisser le football mauritanien au sommet. À 35 ans lorsqu’il accédait à la présidence de la FFRIM mauritanienne, en 2011, les Mourabitounes pointaient à la 190eplace dans le classement FIFA. Quelques années plus tard, la sélection mauritanienne se retrouvait à la CAN Egypte 2019, une grande première matérialisée par une symbolique100eplace. 

Le président fondateur du FC Nouadhibou (1999 – 2004), s’est forgé un solide cursus dans le management sportif avec des passages remarqués en tant que directeur des équipes nationales (2004 – 2007) et secrétaire général de la FFRIM. Ahmed Yahya est aussi membre de la commission d’organisation des compétitions de la FIFA depuis 2017 en plus d’être un membre du comité exécutif de la CAF. 

Une légitimité ainsi forgée au fil des années par le 4eme candidat déclaré qui jouit d’une belle réputation et d’un carnet d’adresses fourni. Le Mauritanien présenté comme un  proche du candidat sortant, Ahmad Ahmad, avait annoncé sa candidature le 9 novembre dernier.

Patrice Motsepe : Se donner les moyens de ses ambitions…

Souvent présenté à tort ou à raison comme le « Candidat milliard », Patrice Motsepe (58 ans) qui est le seul anglophone en piste, est le facteur « X ». Le natif de Soweto qui a signé une entrée fracassante dans le monde du football avec notamment son club Mamelodi Sundowns FC, transfiguré en quelques années (Multiple champion d’Afrique du Sud, Vainqueur de la ligue des champions 2016, Supercoupe CAF 2017…) 

Après s’être fait un nom dans l’industrie minière et le monde de la finance, le magnat sud-africain entend étendre son horizon au-delà de son pays et réformer le football Africain. Ayant obtenu le soutien de plusieurs fédérations affiliées à la CAF dont le Nigeria et la Sierra Leone, le 10ème homme le plus riche d’Afrique, selon Forbes, sera à surveiller.

Avec un Ahamd Ahmad menacé de sanctions par la chambre d’enquête de la FIFA dans le cadre d’une affaire relative à des infractions liées à divers codes d’ethique, les quatre autres candidats ont quasiment tous des chances de remporter cette élection en cas de défection du Malgache. Du coté de Me Augustin Senghor l’on parle déjà d’une possible coalition entre candidats de l’Afrique de l’Ouest qui se réuniraient derrière le Sénégalais …
 
Mardi 17 Novembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :