Pour avoir lacéré le visage de Fatou Wade : la militante de Bamba Fall écope d'un an d’emprisonnement dont 6 mois de prison ferme.


Fatou Wade la victime
Fatou Wade la victime
Après plusieurs renvois, la militante du maire de la Médina Bamba Fall a fait face au juge du Tribunal d’Instance de Dakar. Jugée pour coups et blessures volontaires, Astou Sène a été déclarée coupable et condamnée à 6 mois d’emprisonnement ferme.
Les faits remontent à la campagne pour les élections locales à la Médina. Selon la plaignante Fatou Wade, la dame Astou Sène a créé un faux compte sur Facebook sous le pseudonyme « Domou Médina ». Et sur ce compte, la mise en cause a publié un message la mettant en garde. Après investigations, elle a découvert que c'est Astou Sène, une pro Bamba Fall qui se cachait derrière le pseudo. Par la suite, elle lui a répondu via Facebook en la traitant de pute. « Le jour des faits, je suis sortie tôt le matin pour me rendre au marché Tilène afin d'acheter des tissus. En cours de route, j’ai entendu quelqu'un crier mon nom et lorsque je me suis retournée, elle m’a attaquée avec une lame et je suis tombée en perdant connaissance. C'est à l'hôpital que je me suis réveillée », a fait savoir Fatou Wade.
À la barre, la prévenue déclare que c’est la partie civile qui a déclenché l’affaire en la taxant de prostituée, avant de traiter ma mère de mendiante. « Ce jour-là, je suis sortie à 11 heures pour me rendre chez ma mère. La partie civile m’a agressée avec une lame. Elle a lacéré tout mon bras pendant que ses acolytes me rouaient de coups. Certains d’entre eux voulaient me conduire à la plage pour me tuer. Je ne voulais pas qu’elle me blesse au visage. Parce qu’elle m’avait déjà infligé des blessures à différents endroits du corps », se dédouane-t-elle. Tentant de convaincre le tribunal, la prévenue dira que ce sont les policiers qui l’ont transportée à l’hôpital.
À cet effet, les conseils de la partie civile réclament une somme de 200 millions de nos francs pour réparation du préjudice qu’elle a subi. Selon Me El Hadji Diouf, la partie civile aurait pu demander des milliards parce que cette dame ne sera plus belle. Lors de son réquisitoire, le substitut du procureur a fait savoir que les faits tels que racontés par la prévenue sont inimaginables et incohérents, car la victime a subi cinq points de suture. Les blessures qu’elle a eues sont d’une extrême gravité. Suffisant pour lui, de requérir 6 mois d’emprisonnement ferme. Quant à la défense, elle sollicitait une application bienveillante de la loi. Finalement, le juge après en avoir délibéré, a condamné Astou Sène à un an dont 6 mois ferme, en plus du paiement d'une somme de 2 millions de nos francs à la plaignante en guise de réparation.
Mercredi 2 Février 2022
Dakaractu




Dans la même rubrique :