Politique française sur l’émigration : Le coup de gueule d’un cadre émigré à l’endroit du gouvernement français.


Depuis la perte de la majorité absolue à l'Assemblée nationale, le président Macron et son gouvernement ne cessent de courtiser les extrêmes réconfortés. Tous les moyens sont donc bons pour le ministre de l'Intérieur, Gérard Darmanin qui, maladroitement, place l'immigration au cœur du débat politique au lieu d'apporter des réponses concrètes aux attentes pressantes du peuple : le chômage, le pouvoir d'achat et la crise énergétique suite aux dernières décisions du président Vladimir Poutine. Les « Modou-Modou » diabolisés et indexés comme pourvoyeurs et dealers de crack, de résine de cannabis et d'emphycétamine sont les cibles du ministre de l'intérieur qui, très probablement, est dans une logique politicienne qui consiste à mettre sur le dos des immigrés tous les maux des français. Ainsi, il entreprend un périple en Afrique de l'Ouest pour convaincre les gouvernements à ouvrir portes et fenêtres pour accueillir les futurs expulsés de France. 

Gérard Darmanin, omniprésent dans les médias, est prêt à tout pour assouvir sa folle envie de succéder au président Macron en 2027. Il pense, à tort, pouvoir convaincre, séduire et rallier à son ambition présidentielle démesurée les xénophobes et les racistes des deux extrêmes. Aussi, il n'éprouve aucune gêne à servir aux français des discours populistes : lier immigration et insécurité, immigration et chômage, immigration et drogue, immigration et population carcérale. Il envisage la reprise des contrôles au faciès et l'exécution des OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) par l'administration d'une part et d'autre part, rendre drastiques les conditions de transfert d'argent vers les quatorze pays francophones d'Afrique.

Son prochain périple est donc motivé par sa volonté démagogique inavouée de réduire les flux financiers des ressortissants ouest-africains qui investissent dans les secteurs économiques de leur sous-région d'origine comme l'agriculture, la pêche et la petite industrie (production, transformation et consommation).

L'objectif de la présence du ministre français en terre africaine est de maintenir dans la dépendance les populations vis-à-vis des produits français qui envahissent les rayons des grandes surfaces détenues par les français. Au cours de sa tournée africaine, il tentera de dresser les autres chefs d’État contre leur homologue malien qui a osé défier les autorités françaises nostalgiques de la France Afrique à la Jacques Foccart. Gérard Darmanin tentera d'influencer la neutralité affichée des chefs d’État africains sur la guerre Russo-ukrainienne, la levée de l'embargo et le renvoi des militaires français du Mali contre la volonté du président Macron. 

Par conséquent, le ministre des affaires étrangères et des sénégalais de l'extérieur et son collègue de l'intérieur doivent s'armer de courage face à Gérard Darmanin pour ne pas compromettre les intérêts des sénégalais de France décidés à gagner le pari du développement par une réorientation de leur épargne vers les secteurs productifs. En effet, la France veut garder et élargir le marché africain pour les intérêts de ses agriculteurs et de ses industries de  transformation.

Les jeunes sénégalais de France ont pris conscience que la fin de la pauvreté et de la précarité de nos compatriotes ne peut plus dépendre de l'importation et la consommation exclusive des produits français de plus en plus rares dans les loumas des régions périphériques du Sénégal. 

Les migrants minimisent aujourd'hui les investissements immobiliers dans les centres urbains de plus en plus exigus au profit du développement économique et social de leurs terroirs d'origine comme Louga, Podor, Matam, Kanel, Bakel, Kolda, Sédhiou ou Ziguinchor etc... La lutte contre l'exode rural et toute forme d'émigration sera perdue si les migrants porteurs de projets ne seront pas associés. D'où la nécessité d'un cadre bancaire dynamique.

Birahim Camara, Chargé des questions juridiques et administratives de l'Association Dembancane Solidarité Développement (DSD) en France, en Allemagne et en Afrique.
Lundi 5 Septembre 2022




Dans la même rubrique :