Pôle urbain de Daga-Kholpa : Les populations demandent aux autorités de surseoir les travaux.


Le Collectif pour la défense des intérêts des villages impactés par le pôle urbain de Daga-Kholpa a tenu un point de presse, ce lundi 3 mai 2021 pour affirmer son inquiétude par rapport à ce projet de l’État et pour dénoncer l’attitude des autorités locales, notamment le préfet du département de Mbour et le Conseil municipal de Diass. 

Selon leur porte-parole, Moussa Ndione, les conséquences néfastes que ce projet pourrait engendrer sur la vie des populations locales n'ont pas été bien évalués et que la particularité d’un tel projet, plein d’incohérences et de contradictions, mérite de la part des plus hautes autorités "de la patience, de l’écoute, de l’humilité et non une posture de fatalité, d’épreuve, d’adversité et de violence dans toutes ses formes."  

« Nous constatons que le préfet en collaboration avec les élus locaux et le service d’urbanisme de Diass est en train de faire un forcing pour nous exproprier de plus 3.000 hectares de nos terres. C'est un manque d'humanisme de la part des autorités. Ce projet va déstructurer notre unité sociale et compromettre le patrimoine social et culturel de plus d’un siècle que nos parents, nos aïeux nous ont légué ».

Il poursuit : les terres convoitées sont des terres à occupation traditionnelle depuis des siècles pour l’habitat, l’agriculture et l’élevage. Elles sont pour eux, la seule garantie d’affirmer leur identité ethnique et culturelle, d’assurer leur survie et d’avoir un logement surtout pour les futures générations.

Selon toujours Moussa Ndione, le pôle est un malheur si tous les impacts ne sont pas évalués, discutés avec les populations locales. Ainsi, le collectif pour la défense des intérêts des 9 villages impactés par le pôle urbain de Daga-kholpa demande aux autorités, notamment au chef de l’État de surseoir à ses travaux et de continuer la concertation avec les populations locales et les différents acteurs dans le but de proposer des solutions adéquates et de trouver un meilleur compromis avec la population et demande aussi des engagements et des garanties en faveur de la population locale sans quoi ce projet n’aura pas lieu pace qu'il n’aura pas de sens à leurs yeux.
Mardi 4 Mai 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :