Parrainage de Macky Sall dans les Agnams : Farba Ngom récolte 3000 signatures en une journée et égratigne l'opposition


Dans la collecte de signatures pour parrainer le candidat Macky Sall, l'arrondissement des Agnams ne veut pas jouer les seconds rôles.
Procédant au lancement dans cet arrondissement avent celui du département de Matam, le député maire Farba Ngom s'est targué d'avoir pu récolter en une journée plus de 3000 signatures. “Aujourd'hui, nous sommes en mesure de dire que nous avons récolté plus de 3000 signatures alors que nous en sommes à notre première journée de récolte”, se félicite Mouhamadou Ngom. Pour lui, “c'est quelque chose de symbolique” en ce sens qu'il donne les coudées franches au candidat Sall pour gagner haut la main les joutes électorales de février 2019.
Fier du travail abattu par les siens et en toute intelligence avec les maires des communes de Oré Fondé et de Dabiya, l'homme de confiance du président a demandé aux autres communes du Sénégal de jouer leur partition à l'image de la sienne. “Si toutes les 557 communes avaient réalisé le même résultat que nous, Macky Sall n'aurait pas à s'inquiéter. Le jour du vote serait juste une formalité”, sensibilise-t-il la mouvance présidentielle.
Très en verve contre l'opposition, Farba Ngom a laissé entendre que Macky Sall a eu raison sur elle. Il cite l'engouement suscité par le retrait des fiches à la direction des élections. “Macky Sall a eu raison sur l'opposition qui pourtant s'insurgeait contre le parrainage mais a été la première à faire le pied de grue à la Direction des élections pour retirer des fiches pour collecter des signatures”, déplore le député maire. Des candidats annoncés en ont pris pour leur grade. L'ancien directeur des Douanes, Boubacar Camara est qualifié de “candidat poids plume qui n'est même pas capable de réunir 50 000 signatures”. “C'est aussi le cas avec Abdoul Mbaye qui s'est vu rappeler son incapacité de rassembler 10 000 voix lors des dernières législatives”, poursuit-il. Ces remarques conduisent le député maire des Agnams à réaffirmer son adhésion au système du parrainage. “Sinon, au regard du rythme où sont allées les choses, on se serait retrouvé avec 200 candidatures”, soupire-t-il.
Selon sa perception des choses, “on ne peut pas se prévaloir d'un beau costume, d'une belle cravate et de gros bolides pour prétendre diriger le Sénégal”.
Il va plus loin pour éradiquer cette propension des uns et des autres à se hisser à des positions qu'ils ne méritent pas. En clair, Farba Ngom promet une loi contre les “prétentieux”. “Après la présidentielle, j'introduirai une proposition de loi pour lutter contre la prolifération des candidatures farfelues. Tout candidat qui ne sera pas capable de réunir 20 000 voix sera passible d'emprisonnement allant de 1 mois à 1 an et d'une amende de 100 millions à 1 milliard”, annonce-t-il.

Mercredi 5 Septembre 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :