Paris : 4 et 5 ans de prison requis respectivement contre Lamine Diack et son fils PMD.


Paris : 4 et 5 ans de prison requis respectivement contre Lamine Diack et son fils PMD.
Le monde a appris ce qui attend Lamine Diack et ses co-prévenus. Il aura fallu quatre heures de réquisitoire, au procureur François-Xavier Dulin, pour arriver à proposer aux juges des peines contre les mis en cause dans un scandale qui a rudement secoué l’Iaaf. Des faits de corruption, blanchiment en bande organisée et abus de confiance, mais aussi de complicité de recel d'abus de confiance, corruption et blanchiment en bande organisée, sont reprochés à Pape Massata Diack, son fils.
 
Mais, la clémence du ministère public a été ressentie dans ce réquisitoire. En effet, le parquet national financier a convenu qu'il fallait tenir compte de l'âge de Lamine Diack, (87 ans), bien que ce dernier ait eu à commettre « une infraction énorme ». Il a donc requis ce mercredi, 4 ans de prison contre l'ancien patron de l'athlétisme mondial Lamine Diack, et 5 pour son fils Papa Massata. Contre le père et le fils, absent à son procès et contre lequel un mandat d'arrêt a été requis, les procureurs financiers ont aussi réclamé 500 000 euros (327 millions  F Cfa) d'amende chacun et une interdiction d'exercer dans le sport.
 
L'ancien président (1999-2015) de la Fédération internationale d'athlétisme et son fils, qui avait la main sur le marketing à l'Iaaf, sont jugés à Paris, avec quatre autres personnes pour avoir permis de retarder, à partir de 2011, des sanctions disciplinaires contre des athlètes russes soupçonnés de dopage.
 
 
 
Les faits à l’origine de la commission des infractions reprochés aux prévenus, selon l'accusation, s’expliquaient par la volonté ‘’d’obtenir un coup de main des autorités à Moscou pour le renouvellement des contrats de sponsoring et de diffusion avec la banque d'État russe VTB et la chaîne de télé publique RTR, en vue des Mondiaux de Moscou 2013. Mais aussi recevoir des fonds du pouvoir russe pour financer l'opposition au sortant Abdoulaye Wade lors de la présidentielle 2012 au Sénégal, remportée par Macky Sall. Cette contrepartie, Lamine Diack lui-même l'a spontanément évoquée durant l'enquête, parlant d'une somme d'1,5 million de dollars (874,2 millions de F Cfa), pour finalement le démentir pendant le procès.
 
Souvent confus, renseignent nos sources de Le Point Afrique, il s'est borné à reconnaître qu'il avait donné l'ordre d'échelonner les sanctions contre les Russes pour, selon lui, sauver l'Iaaf d'un scandale fatal pour ses finances.
 
Il faut signaler qu’en outre, le parquet a aussi requis 4 ans de prison et la confiscation de 1,8 million d'euros (un milliard de F Cfa) contre l'ancien président de la fédération russe Valentin Balakhnitchev, décrit comme proche de Vladimir Poutine à l'époque des faits, et 2 ans de prison et 100 000 euros (65,4 millions F Cfa) contre l'ancien entraîneur Alexeï Melnikov.
 
Absents et visés aussi par des demandes de mandat d'arrêt, ils sont accusés d'avoir soutiré des fonds à des athlètes dopés en échange d'une « protection totale », pour un montant évalué à 3,45 millions d'euros (2,2 miliards F Cfa). Des faits que Lamine Diack assure ignorer, renseignent lesdites sources.
 
Jeudi 18 Juin 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :