Par mégarde, Y. C. Barry partage sa vidéo pornographique dans un groupe WhatsApp international de plus de 3 000 membres


Par mégarde, Y. C. Barry partage sa vidéo pornographique dans un groupe WhatsApp international de plus de 3 000 membres

Astou Diongue et Coumba Diop, toutes deux mères de famille, ont partagé les vidéos intimes de Yaye Coumba Barry qui s'est constituée partie civile dans cette affaire. En effet, les deux dames sont accusées d'avoir envoyé dans le groupe WhatsApp dénommé "réseau international des amazones leaders" qui comptent plus de 3 000 membres, la vidéo pornographique de Y. Coumba Barry. 

Pour cela, elles ont écopé de 2 ans d'emprisonnement assorti de sursis.  

 

Jugées ce mercredi 04 mai 2022 devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour répondre des faits de diffusion d'images contraires aux bonnes mœurs, les mises en cause ont reconnu les faits. Interrogée en premier devant le prétoire, Astou Diongue souligne que Y. Coumba Barry s'est trompée en envoyant sa vidéo pornographique dans le groupe. Par la suite, elle a transféré la vidéo à la seule Coumba Diop. Quant à Coumba Diop, elle soutient que lorsqu'elle a reçu la vidéo, elle l'a tout de suite, envoyé aux membres du bureau ainsi qu'à l'administratrice, une certaine Ngoné Fall. "Je l'ai envoyé particulièrement à Ngoné Fall pour qu'elle puisse veiller à la sécurité du groupe afin que cela ne se reproduise plus", se défend-elle. 

Prenant la parole, le représentant du ministère public a requis une application de la loi pénale. Du côté de la défense, les prévenus ont reconnu avoir envoyé la vidéo aux membres du groupe. Selon la robe noire, l'intention n'était pas de nuire à la plaignante, mais plutôt d'attirer l'attention de l'administratrice du groupe. À cet effet, le conseil des prévenus pointe un doigt accusateur à la partie civile qui est la seule responsable dans cette affaire. "Tout est parti d'elle-même, parce que c'est elle qui a envoyé la vidéo dans un groupe de 3.000 personnes par erreur. Elles ont envoyé cette vidéo aux membres du groupe", dit-il avant de solliciter la relaxe des prévenues. 

 

Finalement, le Tribunal, après en avoir délibéré conformément à la loi, a condamné les mises en cause à deux ans 2 ans assortis de sursis. 

Mercredi 4 Mai 2022
Dakaractu




Dans la même rubrique :