Panier de Sokhna Maï : Tabaski, comment éviter le cholestérol et les dangers de la viande rouge...

En prélude de la Tabaski, appelée aussi fête du mouton, le panier de Sokhna Maï vous fournit des informations utiles pour manger bon, bien et sain. À travers un reportage, elle vous accompagne du choix du mouton jusqu'à l'acheminement au four pour vous servir de la bonne viande consommable sans danger.

Vétérinaire, diététicien et chef cuisinier, se sont joints pour alerter la population afin qu'elle évite les mets exagérés, qui par la suite, créent le plus souvent des problèmes de santé.
Une mauvaise utilisation de la viande rouge peut causer des troubles digestifs, de l'hypertension artérielle, des AVC entre autres malaises qui peuvent être fatals au consommateur.
Ainsi, les femmes qui d'habitude s'occupent de la cuisson sont interpellées, surtout en ce qui concerne l'utilisation des bouillons et autres épices sources assurées de complications ultérieures.
Des astuces sont, en guise d'alternatives, proposées par Aly Sow, un brillant chef-cuisinier. Des méthodes simples avec des ingrédients accessibles pour la grillade le jour-j. Que du sel et du poivre mélangés avec de l'eau que l'on asperge sur la viande pour le méchoui. Une fois la viande cuite ce sera alors le moment de procéder à l’assaisonnement de celle-ci.
Concernant les assaisonnements encore appelés "Nokoss" en langue Wolof, il est constaté que depuis quelques années, leur conditionnement en bocaux à des fins commerciales fait fureur. Et même si cela aide beaucoup de femmes "occupées" à gagner du temps dans la préparation, d'autres la qualifient de fainéantise. Naturellement, Astou Ndiaye n'est pas du même avis. Elle défend ses clientes et leur accorde sa compréhension. Serait-ce un conflit d'intérêts ? Toutefois, elle tient à rassurer et à ôter tout doute sur la nature de sa recette. Des produits naturels a-t-elle cité, avec un peu d'épices pour relever le goût.
Relevé ou pas, le goût naturel reste toujours le meilleur. C'est l'avis de Ndèye Rokhaya Thiam, une diététicienne. À en croire ses propos, l'idéal serait de le préparer soit même, avec des herbes locales naturelles.
Tout compte fait, les dés sont jetés, la santé des familles repose désormais sur les mains de ces braves femmes qui certainement feront le nécessaire pour la préserver au moment de la cuisson.

REPORTAGE...


Jeudi 30 Juillet 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :