PROCÈS DE GADIO AUX ÉTATS-UNIS : Ce que dit l’acte d’accusation de 18 pages


PROCÈS DE GADIO AUX ÉTATS-UNIS : Ce que dit l’acte d’accusation de 18 pages
Même si le procès a été décalé sur requête des avocats de Gadio, il n’en demeure pas moins que les poursuites contre l’ancien ministre des Affaires étrangères et l’ex secrétaire à l’Intérieur de Hong Kong, Patrick Ho Chi-ping, ont officiellement commencé après que le Département de la Justice des États-Unis a déposé un acte d’accusation formel contre eux pour corruption. Ho, 68 ans, est accusé d’avoir mis en place un système de corruption de plusieurs millions de dollars entre 2014 et 2017, pour aider une entreprise énergétique chinoise à obtenir des droits pétroliers exclusifs en Afrique.
Selon l’acte d’accusation, Ho et Gadio font face à huit chefs d’accusation - cinq pour corruption en violation de la Foreign Corrupt Practices Act, et trois pour blanchiment d’argent. S’ils sont reconnus coupables, ils risquent 20 ans de prison.
« Ho a accepté de payer et d’offrir de l’argent et d’autres choses de valeur aux responsables étrangers en Afrique, y compris le président du Tchad, le ministre ougandais des affaires étrangères et le président ougandais, pour obtenir des affaires pour un conglomérat énergétique basé à Shanghai » selon l’acte.
La société, qui n’a pas été identifiée, serait CEFC China Energy, une étoile montante dans l’industrie énergétique chinoise. Selon le document de 18 pages, Ho a fait circuler près de 1 million de dollars US (7,8 millions de dollars HK) via le système bancaire de New York. Certains accords ont même été conclus dans les couloirs des Nations Unies. Une plainte a été déposée le 16 novembre et Ho a été arrêté quatre jours plus tard, avec Cheikh Gadio, l’ancien ministre des Affaires étrangères du Sénégal.
Sans citer Gadio, l’acte d’accusation précise qu’un « ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères » a conseillé à Ho de « récompenser » le président du Tchad avec un « joli paquet financier » en novembre 2014. En l’espace de deux mois, M. Ho a promis 2 millions de dollars US de la compagnie énergétique au président du Tchad. L’année suivante, Ho a transféré deux paiements de 200 000 $ US de Hong Kong, par l’intermédiaire de New York, à un compte de Dubaï prétendument désigné par Gadio.
En 2016, Ho a versé 500 000 $ US dans une affaire similaire dans un compte soi-disant désigné par un ministre des affaires étrangères ougandais. L’acte d’accusation a été déposé par Joon Kim, avocat des États-Unis, et Sandra Moser, chef par intérim de la section des fraudes de la division criminelle du ministère.
Mercredi 20 Décembre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :