PRÈS DE DEUX SEMAINES SANS EAU : La souffrance des populations de Ourossogui


Rester 12 jours sans voir couler le liquide précieux en raison d’une facture d’électricité de 16 millions FCfa - d’autres sources parlent de 8 millions - il faut habiter Ourossogui pour vivre un tel calvaire. Les populations de cette ville située à 7 km de Matam, au nord-est du Sénégal, ne savent plus où donner de la tête. Il faut comprendre qu’ici, l’approvisionnement n’est pas assuré par la Sénégalaise des eaux (SDE) mais l’ASUFOR (Associations des Usagers des Forages) qui traine des arriérés de factures d’électricité. Et comme le forage fonctionne avec le courant, Ourossogui connaitra dans deux jours un troisième vendredi de suite sans eau.
La population déplore avec la dernière énergie une telle situation. Et malgré les nombreux appels, il n’y a pas eu de suite. Par exemple, nos confrères de la RTS de Matam ont relayé l’information à plusieurs reprises, en vain. « Pourquoi la SDE n’approvisionne pas le patelin comme c’est le cas à Matam qui est à moins de 10km ? Si c’était le cas, il n’y aurait pas ce problème », indique un de nos interlocuteurs. Matam est en effet la zone administrative, Ourossogui, la capitale économique.
« On m’a fait comprendre que les populations autochtones ne payent pas l’eau. C’est pourquoi, elles ne peuvent étaler au grand public leur mécontentement », ajoute la source de Libération.
Chargée de la gestion des forages, l’ASUFOR est une commission élue par Assemblée générale par les chefs de quartier de la circonscription. C’est eux qui encaissent donc l’argent servant à payer les factures d’électricité. Parfois, ils sont confrontés à des déficits. Câblé, Mamadou Konaté, chef de quartier de Aïnoumady 2, reconnaît que les populations trainent parfois les pieds pour payer leurs factures.
« C’est pourquoi, on est obligé de faire des communiqués dans les radios pour les pousser à payer. Dans un premier temps, l’ASUFOR avait versé un acompte de 2 millions sur la facture de 16 millions FCfa. Le forage F1 a été ouvert, il reste alors le F2. Ce qui fait qu’on n’arrive pas à couvrir toute la localité », a-t-il relevé.
Les gérants du forage font face à ce problème et beaucoup pensent qu’il faut changer le système. Le maire de Ourossogui en premier, selon M. Konaté. En tout cas, avec cette coupure de 12 jours, l’économie est en berne...
Mercredi 22 Novembre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :