POURQUOI ENCORE NOUS ?


POURQUOI ENCORE NOUS ?

 

Les tarifs du péage défrais chaque jour la chronique dans notre espace politico-médiatique.  Chacun y va avec son lot d’analyses et de suggestions. Pour ma part je ne suis qu’un usager quotidien comme les 55 000 sénégalais qui l’emprunte tous les jours souvent avec abnégation avec la docilité légendaire qui nous caractérisent.

En effet sans rentrer dans un débat partisan, analysons le projet et ensuite nous pourrons donner notre avis.

 

Le projet de l’autoroute Dakar-Diameniadio aurait pu être l’un des plus bel exemple de partenariat public-privé. Ce fut à la place un exemple d’amateurisme pour ne pas dire de « deal ». En effet comment comprendre un projet ou la part de l’état est de 306 milliards CFA contre 61 milliards CFA pour Eiffage (données APIX) est aussi avantageux pour ce dernier ?

 

Donnée APIX du projet de concession de l’autoroute à Péage


 

De l’aveu même du Directeur de cette structure(https://www.dakaractu.com/L-autoroute-a-peage-a-enregistre-55-000-transactions-par-jour-en-avril-directeur_a66475.html), le trafic sur le péage atteint 55 000 (donnée de 2014 qui a surement doublé depuis lors) transactions par jour ce qui correspond à peu prés 15 milliards de gains par an.

 

Ainsi vous n’avez pas besoin d’être un expert comptable pour déterminer que la période de retour surinvestissement ne peut excéder 5 ans même si on y inclut la maintenance des infrastructures.

Vous comprendrez donc mon désarroi et la honte ressentie en temps que sénégalais en pensant à nos valeurs héros qui ce sont battus il y a des siècles pour dire non à ce que nous sommes entrain de vivre aujourd’hui.

 

Que nous servent donc notre indépendance ? Au delà de tout cela, c’est la faute de gestion qui choc, le montage financer (83% Etat du Sénégal, 17% Eiffage) et nous sommes obligé de quémander pour une baisse de tarif ?

 

Je peux comprendre « l’état est une continuité » mais accepter une rallonge de la concession serait une complicité d’un crime économique et un affront à notre fierté.

 

Monsieur le Président, je vous en conjure : rendez nous notre fierté pour une fois. La logique voudrais, au vu des chiffres qui ne mentent pas, de baisser la concession et de diminuer le tarif comme l’exige le peuple qui l’a financé à 83%.

 

Au pire je vous demande au nom du peuple de mettre en place une commission technique pour évaluer les bénéfices gigantesques réalisés tous les jours (comme vous l’aviez exigé quand Idrissa Seck alors Premier ministre voulais fermer les carrières de Thies). Vous verriez à ce moment que l’investissement apporté par le concessionnaire a été amorti depuis longtemps.

 

Aujourd’hui vous avez investi des milliards à Diameniadio mais comment un sénégalais moyen (90% des sénégalais) peut-il supporter de payer 80 000 CFA par mois de péage sans compter le loyer et le carburant dans un pays ou le smic est de 52 500 CFA. 

 

Monsieur le Président vous qui rappelez fièrement vos origines modestes, vous ne pouvez laisser faire cela au nom de l’émergence qui vous est si cher.

 

Ce qui ont établi et valider le montage financier qui est à l’origine de tous nos maux devrait être traduit en justice.

 

C’est avec une grande fierté que je vous ai suivi hier (23/12/2018) faire l’éloge à Derkhelé de notre héros national Lat Dior qui est mort parce qu’il avait dit non. Le plus grand hommage que vous pourriez lui rendre n’est ni un musée encore moins un stèle mémorial mais la prise en main avec courage de notre destinée avec responsabilité et sens des réalités actuelles.

 

Je vais finir mon propos en faisant une suggestion qui consistera à payer à la sorti et non à l’entrée ce qui me paraît toute logique et se pratique dans tous les grandes démocraties qui se respectent. Le péage jusqu’à sindiane devrait excéder 1000F tout en gardant la durée de la concession.

 

 

 

Massamba SALL

Sall.massamba@gmail.com

Ingénieur d’état génie mécanique

 

Lundi 24 Décembre 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :