PARCELLES ASSAINIES : Désensablement des artères des HLM Grand-Médine


PARCELLES ASSAINIES : Désensablement des artères des HLM Grand-Médine
Aux Parcelles Assainies, surtout aux HLM Grand-Médine, les grandes artères sont souvent à moitié englouties par le sable. Du coup, automobilistes et piétons se disputent régulièrement la chaussée. Pour améliorer les choses, Babacar Ndiaye, le président du mouvement «Osons agir» et ses camarades ont initié, ce week-end, une opération de désensablement dans la cité.
Ces opérations, d'après le mouvement, concernent toutes les artères des HLM Grand-Médine. Elles ont démarré sur la grande voie qui mène vers la station de Dior. Un axe très fréquenté par les automobiles, surtout à l'heure de pointe. A l'aide de pelles et de brouettes, la voie a été libérée de l'emprise du sable.
Pour Babacar Ndiaye, «ce serait un peu suicidaire d'attendre la gouvernance locale pour le bien des populations. Parce que la commune des Parcelles Assainies, qu'on le veuille ou pas, a montré ses limites. C'est pourquoi aux HLM Grand-Médine, nous avons décidé de prendre les devants par rapport au désensablement et aux objets encombrants».
De son point de vue, il y'avait une urgence au niveau du cadre de vie. «Ici, on a un sérieux problème avec le sable. C'était une cité jadis recouverte de pavés et de goudron. Mais, actuellement, le sable s'est emparé des routes. Il fallait agir pour désencombrer le quartier. On a décidé d'emmener une logistique conséquente qui pourra nous aider à véritablement enlever le sable», dit-il.
Le mouvement ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Il a annoncé d'autres opérations, dans d'autres artères de la cité. Toutefois, le patron du mouvement a déploré l'absence du maire ou de son représentant à l'opération. Alors que, dit-il, «il avait donné son accord pour être le parrain de la manifestation».
«Je ne sais pas s'il a un contre temps ou s'il a fait la sourde oreille, mais nous n'avions pas eu de sa part le soutien nécessaire», a fustigé Babacar Ndiaye.
 
 
Mardi 17 Juillet 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :