Ousmane Sonko en 'unificateur' : « On va regrouper toute l'opposition autour d'un front et contrer le régime »


De manière décontractée, le patron de Pastef s'est évertué à livrer son point de vue sur plusieurs sujets d'actualité, lors d'un entretien télévisé. Ousmane Sonko, sans équivoque, considère qu'il est aujourd'hui, l'un des hommes politiques les mieux placés pour non seulement constituer un 'bon partenaire' aux autres hommes politiques de l'opposition, mais aussi, jouer le rôle de fédérateur de cette même opposition, et surtout de vecteur d'une certaine éthique en politique.

 

Pour y parvenir, Ousmane Sonko, dans une édition spéciale avec nos confrères de Walfadjri, réaffirme : "J'ai un rôle à jouer : celui d'un rassembleur. D'ailleurs, je fais partie des mieux placés à travailler à un vaste front, un rassemblement de tous ceux qui veulent s'opposer et sont prêts à se battre et assumer entièrement leurs choix."

 

Plus loin, le leader de Pastef exclura toute prétention d'être le chef de l'opposition qui lui est souvent collé. "Je ne vais pas, de manière factuelle dire que je suis le chef de l'opposition. Mais mon rôle aujourd'hui, c'est d'unifier les gens autour de l'idéal". Dans cette logique, Ousmane Sonko précise que ceux à qui il fait allusion, sont ceux qui assument leurs combats. Pour ainsi sous entendre que "dans ce pays, il y'a des gens qui ne font que parler et d'autres qui se donnent à fond et qu'on ne compte que sur le bout des doigts."

 

Tenant compte de ce qui précède et de son souhait ardent de regrouper l'opposition, Ousmane Sonko annonce qu'il y'aura très prochainement le lancement du principe du "regrouper tout le monde, sans exclusion  de quelque parti de 'l'opposition' que ce soit dans un vaste front, pour faire face au régime Sall et exiger la tenue des élections."

 

Avertissant le peuple sénégalais, le  candidat malheureux de la dernière présidentielle invite à la vigilance sur les tractations et manigances du régime qui ne veut que repousser en permanence la date des élections pour que, d'ici 2024, aucune élection ne soit tenue...

 

Mardi 1 Décembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :