Opérations de ratissage : Près de 200 localités de la région de Casamance seront déminées d’ici 2026.


200 localités de la région de Casamance, en dehors de Kolda déclarée «région propre», seront terminées d’ici 2026. L’annonce a été faite par le ministre des affaires étrangères, Aïssata Tall Sall, ce mardi 20 avril 2021, lors de la réunion de la commission nationale chargée de la mise en œuvre de la convention d’Ottawa. L’opération de déminage sera effectuée sur une durée de cinq (05) ans, c’est-à-dire de 2021 à 2026 afin d’éradiquer totalement les mines enterrées sous le sol de la Casamance.

Cette réunion avec la commission nationale de déminage du Sénégal est, selon le ministre des affaires étrangères, «une réunion urgente, pertinente et bien à-propos. Le président de la République a décidé que cette commission devrait maintenant plus qu'auparavant, être à pied d’œuvre pour engager le déminage total de la région de la Casamance.»

Poursuivant, elle ajoute : «Beaucoup d’actes allant dans ce sens ont été posés, mais il nous reste encore beaucoup à faire. Nous avons tracé une période 2021-2026 pour éradiquer totalement les mines enterrées sous le sol de la Casamance. C’est un délai court mais qui peut être long si nous nous consacrons à la tâche. C’est la raison pour laquelle j’ai demandé à la commission qu’une commission multisectorielle composée de tous les ministères soit  impliquée et soit membre de cette commission. Il y’a un travail extrêmement important que cette commission doit prendre en charge».

Au-delà du «budget conséquent et important» que le président de la République a décidé d’allouer à l’opération de déminage de la Casamance, le ministre des affaires étrangères invite aussi les bailleurs de fonds internationaux ainsi que le gouvernement des Etats-Unis à soutenir ce projet. «Nous devons encore avoir une nouvelle dynamique vis-à-vis de ces bailleurs de fonds pour les engager à venir nous soutenir dans ce travail important devenu un travail de qualité (…). Sur le spectre géographique les zones ciblées sont larges mais également sur le plan humanitaire, financier, institutionnel nous avons beaucoup de travail à faire et nous allons nous y consacrer», explique Aïssata Tall Sall.

Elle a, par la même occasion, magnifié le travail accompli par l’armée nationale sénégalaise lors de ces opérations de ratissage des zones minées de la région casamançaise qui depuis presque 40 ans avait échappé à toute sécurité nationale. «L’armée nationale est en train de faire ce travail important et nous pensons que c’est dans le sillage direct de ce travail que les opérations anti-mines doivent être menées. », a dit Aïssata Tall Sall. Qui précise que le président de la République a demandé la redynamisation de la commission nationale de déminage du Sénégal. «L’anti-mine c’est le plaidoyer pour une meilleure éducation de nos citoyens au déminage, l’anti-mine c’est l’école, c’est la santé, c’est la prise en charge des besoins des populations, c’est l’inclusion sociale, c’est l’équité territoriale entre autres», dit-elle.

 

Dans le cadre de ces opérations de déminage, le Sénégal compte travailler en parfaite collaboration avec la Gambie et la Guinée Bissau, deux pays où lors du conflit casamançais des compatriotes sénégalais avaient trouvé refuge. «Dans le sens de les ramener en Casamance pour les réinsérer dans les lieux d’origine, nous seront bien obligés d’être en parfaite compréhension avec les autorités de la Gambie et celles de la Guinée Bissau. C’est ma responsabilité de le faire et je vais engager les discussions pour que la solution puisse être radicale», a soutenu le ministre des affaires étrangères.
Mardi 20 Avril 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :