Opération de séduction en direction de Wade : Atepa dans la course au Plan B


C’est désigner un lieu commun que de dire que Pierre fait la cour au Pds par son discours d’investiture à la trame sopiste. Ce dimanche, sous les lambris dorés d’un hôtel de la place, Atepa Goudiaby a profité de son congrès d’investiture pour encore séduire le président Abdoulaye Wade, dont le nom est revenu comme une anaphore. Ceux qui ne sont pas nés de la dernière pluie en politique liront derrière les mots une manière, de la part de l’ex-architecte-conseil du pape du Sopi, de se positionner en plan B du parti libéral en cas d’empêchement de Karim Meïssa Wade, ainsi que nous  prédispose à le croire l’agenda politico-judiciaire en exécution.

En clair, ne s’arrêtant pas à solliciter épistolairement le soutien du président Wade, le leader du mouvement « Sénégal rék » a plusieurs fois cité le prédécesseur de Macky Sall. D’abord, quand il dépoussière le projet afférent à la construction de 6000 cyber-cases. Ce dernier projet, rappelle-t-il, date du magistère de Me Abdoulaye Wade. Ensuite, lorsqu’il s’est agi de reprocher à Abdou Latif Coulibaly le fait d’ignorer le secrétaire général du Pds, et son architecte-conseil qu’il fut, au moment d’inaugurer le Musée des Civilisations noires. Plus loin dans son texte, au physique d’un militant écologiste, il félicite l’ex-chef d’Etat pour sa « courageuse décision » consistant à « interdire » d’entrée au Sénégal les voitures de plus de cinq ans. Même sur la paternité du Parc industriel de Diamniadio, il soupçonne le régime actuel d’avoir plagié le précédent. Sur l’aéroport international Blaise Diagne, Goudiaby Atepa prend le soin de rappeler que l’infrastructure a été réalisée à 80 % par le gouvernement déchu.

De ce qui précède, on peut déduire que le boss des cadres casamançais ne cache pas son admiration envers le président Wade. Toute la question est de savoir s’il a des chances de bénéficier d’un renvoi d’ascenseur au cas où le Pds devrait se choisir un plan B parmi les néophytes. La question est d’autant plus légitime qu’on prête, à tort ou à raison, les mêmes intentions à Boubacar Camara (qui part avec la faveur des pronostics compte tenu de sa position dans le cabinet de Wade-fils entre 2009 et 2012) et Hadjibou Soumaré. Ousmane Sonko, qui avait projeté de rendre visite à Me Wade au Qatar, marcherait sur les plates-bandes de ces technocrates.

Une chose est sûre, avec la volte-face mémorable de Abdoulaye Baldé, ne serait-ce pas pour conquérir les bases libérales de la Casamance naturelle où le Pds a des attaches solides depuis les années 70, Atepa gagnerait à bénéficier du soutien de Wade.

Mieux, ce dernier ferait un bon  pion d’interconnexion et de substitution pour fédérer les Karimistes et les Khalifistes, en cas d’invalidation des candidatures libérale et socialiste.

En définitive, c’est pour cette raison, peut-être, que Pierre Goudiaby, qui a rendu visite à Khalifa Sall juste après son entrée en politique, propose un « mandat de transition ».  
Mardi 11 Décembre 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :