Offre et cession de chanvre indien / Condamné à 2 ans de prison ferme, Daour Diongue s'en prend au policier qui l'avait arrêté : « Il est jaloux de moi, parce que j'avais épousé son ex femme »


Daour Diongue et Sokhna Niang ont comparu, ce vendredi 18 décembre 2020, devant le tribunal de flagrants délits de Dakar. Ils sont poursuivis pour offre et cession de chanvre indien. Devant la barre, les prévenus ont catégoriquement nié les faits. En rendant son verdict, le juge a condamné le Sieur Diongue à 2 ans de prison ferme avant de relaxer Sokhna Niang au bénéfice du doute. 

Sur les faits, la police avait mis la main sur Daour Diongue avec 14 cornets de chanvre indien. Il s'est trouvé qu'après les interrogatoires des limiers, le prévenu avait une amie répondant du nom de Sokhna Niang, gérante d'une gargote.

Devant la barre, le prévenu a essayé de berner le tribunal en soulevant un problème antérieur avec le policier qui l'avait interpellé en évoquant un problème de jalousie. «  Il est jaloux de moi, parce que j'avais épousé son ex femme. Et il avait promis qu'il allait  encore m'arrêter et m'envoyer en prison", a-t-il soulevé.

Après la perquisition, la police a dit avoir découvert dans la chambre de Sokhna Niang, 84 cornets de "Yamba" dissimulés derrière sa fenêtre avec une pochette contenant une somme de 54 000 francs. D'après les enquêteurs, les cornets de chanvre indien étaient répartis dans des sachets plastiques. Des allégations que la mise en cause a balayé d'un revers. Selon elle, les policiers l'ont appréhendé alors qu’elle venait de sortir de la douche pour se préparer à aller à un mariage.

Concernant l'argent saisi dans la chambre, la prévenue a contesté la somme donnée par la police. Elle estime que les limiers ont découvert 275 000 francs au lieu de 54 000 francs. " L'argent était dans une pochette noire que j'avais dissimulée dans un seau. Elle était destinée à une tontine dont j'étais moi-même, la gérante", a-t-elle déclaré devant le tribunal.

Devant la barre, elle déclare ne connaître le sieur Diongue ni d'Adam, ni d'Ève, alors qu'à l'enquête préliminaire, la dame avait reconnu fréquenter le prévenu, et déclare qu'elle ne participait pas aux activités de ce dernier, mais elle avait la certitude que le mis en cause vendait de la drogue. Devant le prétoire, elle dit n'avoir jamais tenu de tels propos.

Convaincu de la culpabilité du sieur Daour Diongue, le procureur l'a reconnu coupable des faits de détention de chanvre indien et requiert une peine d'emprisonnement de 2 ans ferme. Concernant la dame Sokhna Niang, le parquet a soulevé un doute sur son implication dans cette affaire. Sur ce, il demande sa relaxe au bénéfice du doute.

Le juge a finalement rendu son délibéré et condamné Daour Diongue à 2 ans d'emprisonnement ferme pour détention et vente de chanvre indien, relaxant Sokhna Niang au bénéfice du doute.
Vendredi 18 Décembre 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :