ORANGE-FREE : À quand la souveraineté numérique (PAR DIAO DIALLO, FRAPP UCAD)


ORANGE-FREE : À quand la souveraineté numérique (PAR DIAO DIALLO, FRAPP UCAD)
Depuis le début de cette soit disant guerre des opérateurs téléphoniques, je lis les commentaires ici et là, regardant les consommateurs s'emballer, prendre partie, vantant les tarifs et offres, louant les forfaits de l'un ou de l'autre, s'émerveillant par un jeu de mots qui en réalité n'a de finalité que l'attraction du plus grand nombre d'une clientèle qui se conduit tel du bétail à la recherche de meilleures pâturages ..

D'abord je ris et j'applaudis pour cette scène théâtrale Molièresque..
Ensuite je me pose la question de savoir en quoi l'entrée d'un second loup (ici FREE) dans le poulailler (le marché sénégalais) constituerait-elle une grâce divine salvatrice à louer..?? 
je me permets de rappeler à tous mes lecteurs que ORANGE comme FREE sont toutes deux des sociétés sinon multinationales étrangères (françaises pour être exact), et donc qui ne sont pour ainsi le dire que des prédateurs économiques dont nous acceptons d'être les victimes soumises..
Cependant, considérant la paresse de la jeunesse actuelle pour ce qui est de la lecture, je m'abstiendrais d'aborder ici la question des exonérations fiscales dont bénéficient bon nombre de ces sociétés et de bien d'autres questions de favoritisme en ce qui concerne les impositions commerciales, financières, fiscales et autres.., ce qui d'ailleurs constitue un très gros problème en soi si l'on sait que nos (nous pays sous développés) pauvres économies nationales sont fortement basées sur les impôts et taxes douaniers..Il ne faudrait également pas oublier que ces sociétés une fois qu'elles s'installent et commencent à jouer leurs tours de passe passe pour exploiter, escroquer, arnaquer le consommateur (ici sénégalais) se permettent d'expatrier leurs milliards de bénéfices vers leur pays ou encore vers de nouveaux marchés à coloniser au lieu de les réinvestir dans nos pays afin de créer de nouvelles opportunités d'emplois, une chose qui fait aujourd'hui défaut à notre population active inoccupée.. et cela sans aucune tentative de dissuasion, sans nulle contrainte de la part d'un État plus ou moins complice.., 
Nous avons un consommateur qui se laisse donc berner par une soit disant différence de tarifs de consommation au moment où d'autres pays réfléchissent sur l'accessibilité d'un réseau Wifi à tous et partout et ce à titre gratuit..
Dès lors, tristesse est pour moi de constater que le consommateur sénégalais, insouciant du reste, préfère se pencher sur l'avantage commercial que lui procure tel opérateur par rapport à tel autre (ORANGE mo gën non FREE mo dakk) au lieu de prendre conscience des véritables questions, en l'occurrence le problème d'appui et d'accompagnement du privé national, le manque de patriotisme économique et à un moment où 65% à 75%  des PME et PMI sénégalaises peinent à exister au-delà des trois (3) premières années..
Quand arrêterons nous d'exalter, de nous exciter, de nous apitoyer face à tel ou tel avantage ou inconvénient d'une quelconque entreprise étrangère pour enfin réfléchir et créer par nous même et pour nous même..?? 
Bien des pays ont joué ce pari et ont réussi, les exemples sont nombreux et irréfutables car "tapent à l'œil"..alors pourquoi pas nous..??  
En ce XXI ème siècle, seule la survie se résume à la seule consommation; la vie elle se traduit par la production. Elle se traduit par une stabilité sociopolitique, par un dynamisme économique, par la recherche et l'innovation, par la création et l'invention, bref par l'implication pure et nette dans le contexte actuel d'émergence et de développement des pays.

Et après tout, à un moment donné il faudra que nous pensions autrement afin d'arriver à vivre autrement et convenablement.

Diao Diallo 
FRAPP UCAD
Dimanche 10 Novembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :