ONU/KARIM/CREI - William Bourdon estime que le Comité des droits de l'homme a commis, dans son rapport, 'une erreur d'appréciation '


Sur France 24 où il est interpellé,  William Bourdon, a choisi de tout bonnement rejeter le rapport du comité des droits de l'homme des Nations-Unies sur l'affaire Karim Wade. 
L'avocat de l'État du Sénégal a tenu d'emblée à rectifier l'organe Onusien sur l'idée qu'il a de la Crei, signalant qu'elle n'a jamais été créée exclusivement pour régler le cas Karim Wade.

 ''D'abord la Crei n'est pas une juridiction d'exception qui a été créée spécialement pour Monsieur Karim Wade puisqu'il a évoqué la date de 2012. Alors qu'elle a été créée en 1981. C'est donc une vieille institution qui avait fait ses preuves. ''

Bourdon de poursuivre : '' Je suis un grand défenseur du multilatéralisme. Je milite en faveur du respect par les États des décisions rendues par les différentes institutions qui font partie de la galaxie Onusienne. Pour autant, parfois il y a des erreurs. Parfois il y a une appréciation juridique inexacte. '' 


Loin de fléchir dans sa lancée, l'avocat Français estime que le comité a été mal informé sur le dossier et sur la juridiction elle-même, considérant nullement scandaleux l'inexistence d'appel,  avant de terminer par rejeter les conclusions du rapport. '' Il y a toutes les séries de juridiction, et pas seulement en France, (avec la Cour de justice de la République), il y a également des pays Européens où aucun droit d'appel n'est prévu auprès d'autres juridictions. J'ai le plus grand respect des organes des Nations-Unies, mais là, sur des questions procédurales fines, complexes, j'ai l'impression qu'il y a eu une erreur d'appréciation... ''


 
Mercredi 21 Novembre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :