OLIVIER PERRIN, MANAGER GÉNÉRATION FOOT : « Être prêt athlétiquement et physiquement »

Génération Foot déroule normalement son programme de préparation au tour préliminaire aller de la Ligue africaine des Champions contre Misr Makassa (Egypte), de ce samedi. A part les séances d’entraînement sur la pelouse du stade Léopold Sédar Senghor, le programme reste inchangé, le moral au beau fixe, selon le manager Olivier Perrin.


OLIVIER PERRIN, MANAGER GÉNÉRATION FOOT : « Être prêt athlétiquement et physiquement »
La préparation

« On déroule notre programme et je dirais que les choses se passent normalement. On fait ce qu’on a l’habitude de faire. Après, évidemment, comme en championnat, on travaille chaque semaine en fonction de l’adversaire. Mais là, c’est plus pointu. On a pu voir beaucoup de matchs (de Misr Makassa), surtout les quatre derniers avec leurs nouvelles recrues. Maintenant, celui de lundi ne compte pas trop vu qu’ils ont enlevé leurs cinq meilleurs joueurs. Cela s’est soldé par une défaite à domicile de 4 buts à 1. C’est normal d’autant que c’était l’équipe B. On évite souvent de mettre les meilleurs joueurs à la veille d’un voyage pour ne pas qu’ils se blessent. »

La vidéo

« En ce moment, nous avons vu plus de vidéos parce qu’on connait un peu plus l’adversaire. Même si on s’est plutôt focalisé sur notre travail. Ce pour être prêt athlétiquement et physiquement et pourquoi pas jouer comme on le fait en ce moment. Le plus important, c’est que les joueurs jouent comme ils ont l’habitude de le faire et qu’ils soient forts mentalement. C’est vrai que la valeur de l’adversaire existe mais occupons-nous de nous-mêmes. »

La séance du jour

« On a fait des études de position en deux fois 20 minutes et deux ou trois choses qu’on a passé au peigne fin. On essaie aussi de tenir compte des faiblesses de l’adversaire, des endroits où ils sont un peu moins bons pour s’appuyer là-dessus. On peut pré- parer un match en fonction de l’adversaire mais si on a rien fait durant toute l’année et que tactiquement vous n’êtes pas prêts, en quatre jours, vous ne pouvez pas régler les problèmes. Ce n’est pas possible. Nous, on va faire ce qu’on sait faire et être nous-mêmes. On a parlé de l’adversaire et demain (jeudi), on passera aux coups de pied arrêtés. »
Jeudi 8 Février 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :