Notre lecture de la « sortie publique de Salif Sadio » sans Salif Sadio


Notre lecture de la « sortie publique de Salif Sadio » sans Salif Sadio
Une « sortie publique de Salif Sadio » est à peine annoncée, que déjà la Toile s’agite. Elle s’affole même. Que pourrait-il bien vouloir offrir ? Ou simplement déclarer ?
 Et tels les bookmakers à Londres, organisant les paris sur le sexe et le prénom d’un bébé qui promet pour bientôt sa naissance dans la famille royale, les experts ès-conflit casamançais se la jouent, et rivalisent en expertises. Et, comme en Grande Bretagne, où les parieurs n’ont droit qu’à deux cases, ‘‘Masculin’’ ou ‘‘Féminin’’, une troisième case, pour ‘‘Hermaphrodite’’ par exemple, étant là-bas littéralement absente à l’anglaise, chez nous, nos fameux experts en oublieront, pour leur part, que Salif Sadio peut ne pas se présenter en personne lors de sa « sortie publique » tant annoncée.
 Et il ne s’y est pas présenté personnellement. Ses « lieutenants » se chargeront pour leur part de lui faire ‘‘dire’’, ou de lui faire ‘‘faire’’ ou ‘‘agir’’. Non sans faire rentrer,en l’occurrence, dans leurs droits, ou leurs frais, c’est selon, Robert Sagna avec son GRPC et ses nombreuses Associations et autres ONG satellites.
 Déjà, en automne dernier, d’aucuns faisaient dire à Salif Sadio, sur les ondes de RFI, qu’ilserait, « aujourd’hui encore, à la recherche d’un « médiateur crédible » dans ce qui l’oppose à l’Etat sénégalais ». Et ce, alors même qu’il s’enorgueillissait d’avoir d’ores-et-déjà trouvé une telle pépite avec la Communauté Sant’Egidio, basée à Rome, en Italie.
 Or, lors de la « sortie publique de Salif Sadio » sans Salif Sadio, il n’y aura pas de déclaration audio de celui-ci, encore moins de déclaration audio-visuelle de sa part.
 Quand on connaît l’homme et sa psychologie, cela est en soi un événement, ou, à tout le moins, cela fait événement.
 Mais, on va l’occulter ; on va même se refuser obstinément à lui donner sens. C’est un tabou. Et cela doit rester un tabou. Donc on se tait.
 Ainsi, donc, Salif Sadio ne sera pas présent personnellement au 1er rendez-vous. Au 2nd rendez-vous, il remettra ça. Ses « lieutenants », aussi. Et l’affaire est jouée.
 Pour notre part, la lecture que nous faisons de la « sortie publique de Salif Sadio » sans Salif Sadio est sans équivoque :
 Une nouvelle donne et, avec elle, une nouvelle dynamique sont apparues dans la faction MFDC (Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance) de Salif Sadio ;
Avec ou sans Salif Sadio, la lutte continuera ;
 Le « processus de Rome », jadis adulé par Salif Sadio lui-même, et si décrié de nos jours par ses « lieutenants », est dans une impasse ; et donc sans issue.
C’est dire que les Autorités, qui jouent la carte du pourrissement dans la gestion, ou plutôt la non-gestion, du conflit en Casamance, seraient bien inspirées de revoir leur copie.
 
Jean-Marie François BIAGUI
Président du Parti Social-Fédéraliste (PSF)
 
Jeudi 16 Mai 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :