Nomination d’un Premier ministre : Un ancien compagnon de Macky dresse le profil et fixe les urgences


Des questions, des interrogations triturent les ménages sur les lenteurs liées à la nomination d’un Premier ministre. Boubacar Ba, ancien Directeur général de l’OFEJBAN fixe les urgences et conseille à son frère et ancien président de la CIS du PDS de passer à l’acte rapidement pour couper court aux desseins des membres de l’opposition. Mais surtout disposer d’un gouvernement de combat qui saura face à la crise qui se profile à l’horizon avec la guerre en Ukraine et l’embargo imposé au Mali. Le cacique de la politique du département de Pikine lui a même dressé le profil du futur PM.
Boubacar Ba a profité du forum sur la gouvernance locale à Pikine pour lancer un cri de cœur au président de la République. Cet ancien membre du bureau de la Cellule Initiatives et Stratégies, la structure des cadres du PDS, dirigée à l’époque par Macky Sall apporte des conseils à son frère de parti. Pour lui, le chef de l’Etat doit sifflet la fin de la récréation en mettant en place un nouveau gouvernement avec à sa tête un Premier ministre qui pourra le suppléer mais surtout aller au front en cas de besoin.
L’ancien Directeur Général de l’Office pour l’Emploi des Jeunes de la Banlieue (OFEJBAN) se dit convaincu que «la nomination d’un Premier ministre devenue une demande sociale et nationale », compte tenu selon lui des urgences de l’heure. L’autre argument qui postule ou qui fait que le président ne peut plus attendre c’est que des dispositions particulières ont été prises pour faire passer cette réforme constitutionnelle en procédure d’urgence sans oublier ses nouvelles charges en tant que président de l’Union Africaine, sa position de leadership en Afrique de l’ouest.
Des blocages notés dans beaucoup de secteurs
 L’autre paramètre qui pèse pour la nomination du Premier ministre c’est qu’aujourd’hui aussi dans le gouvernement que dans les services déconcentrés de l’Etat, tout le monde est en mode stand-by. Ils sont dans la confusion, dans une nébuleuse parce qu’ils ne savent ce qui va changer et quel sera leur sort.
 A ce propos, l'actuel président du Mouvement Banlieue Avenir (MBA) a tenu à souligner : « maintenant que les élections locales sont dépassées et qu’il avait pris date, je crois qu’il lui revient aujourd’hui, de prendre toutes les dispositions pour accélérer ce processus et qu’un nouveau Premier ministre soit nommé cette semaine ou au plus tard d’ici la fin du mois ».
 
L’un des responsables politiques de premier plan du département de Pikine d’ajouter : « le président de la République a, autour de lui les profils pour ce poste. Des gens aguerris, bien préparés pour occuper cette fonction de Premier ministre. C’est pour cette raison que tout le monde se pose la question : quel est le problème ? Qu’est-ce qui explique cette lenteur dans la prise de décision?».
Le profil du futur PM, selon Boubacar BA
 L’ancien DG de OFEJBAN et Monsieur Communication du PDS ne s’est pas limité à hâter le pas au chef de l’Etat. Il lui a dressé le profil du futur Premier ministre. Selon lui, «il doit être quelqu’un de très engagé, travailleur, compétent et très engagé politiquement pour la stabilité de ce pays.
Par ailleurs, Boubacar Ba a estimé que cette situation de latence et d’incertitudes arrange beaucoup les adversaires du président de la République.
 « L’opposition a saisi la balle au rebond, ce moment d’incertitude pour dérouler et prendre une longueur d’avance sur la coalition au pouvoir, Benno Bokk Yakaar. Les différentes sorties des membres de l’opposition depuis un certain sont constituées de bravades et d’attaques frontales contre l’autorité suprême du pays et ses institutions. Et au rythme où vont les choses, cela peut saper la stabilité du pays et donner l’impression que le Sénégal est l’otage des hommes politiques », a-t-il analysé.
La question de l’emploi des Jeunes, une sur-priorité
En outre, il est revenu sur sa passion liée à l’emploi des jeunes. L’ancien DG de OFEJBAN est d’avis que l’emploi des jeunes est une urgence, une priorité plus prégnante que même l’exploitation du pétrole et du gaz, de la crise liée à la guerre en Ukraine, du commerce et de l’agriculture. « Aujourd’hui, nous devons penser à l’évaluation des programmes sur l’emploi des jeunes et voir comment les doper davantage et les rendre plus efficients ».
« C’est une nécessité, une obligation pour le gouvernement surtout que la crise qui s’annonce et qui risque de s’exacerber avec la guerre en Ukraine. Dans les mois à venir, forcément, il y aura des ruptures de stocks aussi bien dans l’alimentation que dans le pétrole. Alors, il est urgent d’activer les secteurs de l’agriculture, du commerce et tout autre secteur pour prévenir cette situation alarmante », a indiqué Boubacar Ba.

PressAfrik
Vendredi 18 Mars 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :