Niger : une tuerie, deux versions sur l'identité des victimes.


Le gouvernement nigérien affirme avoir neutralisé une vingtaine de « terroristes » entre les 29 et 30 avril dernier à Chinegodar, dans l’ouest du pays, non loin de la frontière avec le Mali. C'est dans la région des trois frontières.

Selon le communiqué du ministère de la défense nigérienne lue à la télévision nationale ce dimanche, l’élimination de ces éléments supposés appartenir aux groupes armés terroristes ferait suite à une descente des forces armées au nord de Chinegodar où leur a été signalé le regroupement d’individus en vue de commettre une attaque sur Baniboungou.

Après un échange de coups de feu avec les « terroristes », les FAN auraient interpellé 26 présumés terroristes dont 24 seraient mortellement blessés lors de leur tentative de fuite dans la nuit du 29 au 30 avril.

Mais cette version gouvernementale est remise en question par Gao alhabar24.

Dans un post publié le 30 avril dernier, cette plateforme d’informations alertait sur ce qu’elle qualifiait d’enlèvement d’hommes à Bana, dans le cercle d’Anderamboukane par des « éléments incontrôlés de l’armée nigérienne ».

Selon la même page qui cite des « victimes ayant réussi à fuir », « les personnes enlevées » ne possédaient aucun objet et se trouvaient à la mosquée lors de la descente de l’armée nigérienne.

Cependant, la page fait état de 21 personnes et non de 26 comme le prétend le gouvernement nigérien dans sa communication de ce dimanche. Comme quoi, la vérité est loin d'être dite dans cette affaire qui rappelle le raid français qui a eu raison de 22 personnes au village de Bounti, dans le centre du Mali. 
Lundi 3 Mai 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :