Ndayane, sur le chemin de Poponguine… Ou l’Axe de lumière Sud (ALS)


La ‘’jonction des eaux ‘’, observable dans la presqu’île du Cap Vert, à la limite Nord de la Grotte de la lumière, sise sur la petite Corniche des Almadies (Al Mahdi…), se prolonge en projetant sa vive lumière sur l’Axe de lumière Sud…(ALS)
 
Les ‘’Amis de la lumière’’ savent tous que ‘’l’espace marin’’ qui enveloppe la Grotte de la lumière n’a pas fini, après mille ans, de nous livrer tous ses secrets…
 
Ils savent que la Grotte de la lumière s’ouvre sur la mer par deux portes : la porte majeure et la porte mineure…
 
Lorsque la mer ‘’fait son entrée’’ dans la Grotte de la lumière, aux premières secondes de la ‘’marée haute’’, par l’arrivée de la ‘’première vague et de son écume blanche’’, alors la Grotte de la lumière se révèle au monde car la porte majeure s’ouvre dans un premier mouvement et, la porte mineure s’ouvre dans un deuxième mouvement…
 
La lumière vive projetée par la Grotte de la lumière au-delà de la presqu’île du Cap Vert, ‘’tombe’’ sur la petite falaise de Toubab Dialaw où deux entrées de la mer – comme aux Almadies – existent côte à côte…
 
Tout le monde ne sait pas que la ‘’mer’’ à cet endroit précis – Toubab Dialaw- déplace, à intervalles irréguliers, les ‘’pierres amoncelées’’ sur la plage d’une porte vers l’autre : nous sommes en présence du grand mystère de la mer…
 
La marche de Poponguine est une marche de la lumière : mer et lumière se côtoient sur près de 52 kilomètres…
 
La lumière, comme chacun le sait, rayonne toujours à partir d’une source, d’un foyer…
 
Le Foyer de charité de feu le Père Pagnoux, irradie cette lumière sur un Axe Sud, après l’avoir reçue de la Grotte de la lumière plus au Nord, sur la côte…
 
Grande côte, petite côte : les marcheurs de Poponguine ont choisi depuis plus de vingt six (26) ans la petite côte parce qu’elle est reliée à la Grotte de la lumière…
 
La lumière, sur son parcours, traverse les Iles de la Madeleine (la Madeleine attendra Marie) et l’Ile de Gorée - Gorée la Fée - avant d’atteindre ‘’ les autres rives’’ : Bargny, Sendou, Yène, Pierrelisse, Ndayane, Poponguine la Sainte…
 
L’espace marin qui se prolonge de Ouakam/Almadies à Poponguine vient ‘’toucher’’ l’espace Sobo Bade et l’Ecole des sables à Toubab Dialaw ; les points hauts alternent avec les points bas comme dans l’autre ‘’espace vibratoire’’, tout vibre sur l’Axe Sud…
 
Tous les marcheurs de Poponguine ne le savent pas : l’image du ‘’Sauveur’’ faisant son entrée triomphale dans Jérusalem, monté sur un ânon, le dimanche des Rameaux, lorsque s’ouvre le ‘’cycle du rameau’’, est une image construite comme un hologramme à l’entrée de Ndayane : le ‘’Sauveur’’ est toujours là pour conduire tous les marcheurs, jeunes et vieux, au sanctuaire marial de Poponguine…
 
Avant Poponguine,  situé au Cap Naze (point haut), il y a eu Guéréo, oui Guéréo et tous ses mystères, toutes ses légendes dont certaines sont tenaces…
 
Avant Poponguine et Guéréo, il y a eu Mont Rolland et toutes les dévotions, Mont Rolland et la ‘’Croix’’ qui sauve…
 
Le Président Léopold Sédar SENGHOR qui n’a jamais quitté la mer de ses yeux – les Dents de la Mer – a choisi, au lendemain de l’indépendance, de ‘’résider’’ durant ses moments de ‘’méditations marines’’ et ‘’politiques’’ près de la mer, à l’entrée de Poponguine.
 
La résidence secondaire du Président Senghor, à Poponguine, est une autre porte de lumière ; or donc, le Président Senghor fut reçu, le 2 juin 1983,  à l’Académie Française – il rêvait d’entrer au Collège de France – et a revêtu son ‘’habit de lumière’’, la tenue verte des Académiciens du Quai Conti
 
La lumière traverse tous les  siècles – la lumière céleste s’entend-  les frontières et le temps…
 
Tous les baobabs qui jalonnent le ‘’chemin de Poponguine’’ saluent avec respect tous ‘’les marcheurs de Poponguine’’ qui passent sous ‘’leurs yeux’’, le dimanche de la Pentecôte, le Dimanche de la lumière qui vient du Ciel…
 
Le dialogue des ‘’baobabs royaux’’ sur le chemin de l’Engouement, créé par Gérard Chenet,  le grand ordonnateur de cet ‘’espace sublime’’ – subliminal ?- avec Germaine Acogny, de ‘’l’Ecole des sables’’ et tous les villageois qui vivent, du matin au soir, ‘’sous la lumière ancestrale’’, restera un dialogue permanent .
 
Ne touche pas à mes baobabs royaux, mes ‘’baobabs sacrés’’…
 
Les ‘’Axes de lumière’’ se touchent, indépendamment des hommes : Grotte de la lumière, Grotte Mariale de Poponguine et seule la lumière les relie…
 
Ndayane, ‘’dernière escale’’ ou ‘’dernière marche’’ avant la montée vers Poponguine …
 
Ne touchez pas à Ndayane, ne touchez pas à la lumière qui vient du Ciel… 
 
​​​​​​​Jean Michel Seck
​​​​​​​Marcheur de Poponguine
 
Jeudi 14 Novembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :