NON À LA TYRANNIE DE L’ACTIVISME (par Cheikhna C. Saadbou KEÏTA)


 Ce sont quelques tentatives de récupération de l’intervention de Nathalie YAMB à la tribune du récent sommet Russie-Afrique qui m’ont finalement décidé à publier le présent réquisitoire contre l’activisme. Ce phénomène   très à la mode au Sénégal en particulier, étant devenu plus qu’agaçant à cause du comportement de certains de nos compatriotes qui en usent et en abusent en prétendant défendre les intérêts du peuple. Sans que rien de régulièrement acquis ne justifie qu’il puisse en être ainsi et sans que personne ne fasse rien pour les arrêter. Personnellement, c’est à force d’en souffrir les violences que j’ai fini par me convaincre de ce qu’il me fallait réagir et contrer les dérives de cet activisme et les projets sombres de ceux qui le portent. C’est à dire, les combattre.  Tout en maintenant bien évidemment, de reconnaitre à n’importe quel citoyen de ce pays la liberté qu’il a de s’introniser défenseur du peuple ou des intérêts de la nation et le droit de se prononcer sur tout ce qui se passe autour de lui. Sauf qu’en le faisant, il doit absolument s’interdire de dépasser  les limites qu’imposent  à tous la morale et la loi. Autrement dit, il est inadmissible que quelqu’un se mette délibérément à insulter des gens ou à les dénigrer. Parce que c’est indécent et parce qu’aucune permission émanant du peuple sénégalais ou d’ailleurs, ne peut attribuer à quiconque le pouvoir de le faire. 
En effet, dans ce pays que nous aimons tant, il ne doit plus être toléré que le discours de l’activisme qui nous est ainsi servi soit ci bas et aussi avilissant, à cause des insanités et des propos malveillants qu’il contient. Leurs auteurs cherchant plutôt à atteindre les personnes qu’ils ciblent, dans leur dignité et leur honneur, qu’à défendre une cause. C’est le cas de tous ces insulteurs et autres chroniqueurs malveillants qui agissent à travers les réseaux  sociaux sans jamais dire au monde quels sont leurs véritables problèmes. Mais aussi, c’est tout particulièrement, le cas du journaliste et activiste Adama GAYE qui, avec sa sortie récente dirigée contre le ministre de l’Energie et du Pétrole, Mouhamadou Makhtar CISSE, a fini d’étaler à la face du monde qu’il nie à tous ceux qui le lisent, jusqu’au droit de ne pas cautionner le fait qu’il passe son temps à insulter qui il veut et comme il lui plait de le faire. 
Cette remarque concerne aussi monsieur Guy Marius SAGNA qui, après s’être façonné  un manteau de nationaliste pur et dur et une belle couronne de martyre, n’arrête plus de tirer sur tout ce qui bouge. Au nom d’un idéal sans visage qui serait porté par le projet de changer le système du Député Ousmane SONKO dont il est en réalité, le bras activiste. Ceci faisant  de lui plutôt qu’un simple activiste, un activiste politicien. 
Et comme Ousmane SONKO qu’ils ont fréquenté à une certaine époque, Cheikh Tidiane DIEYE et certains de ses amis dans Aar li nu bokk qui cherchent à clouer le pays dans des troubles, ne peuvent tromper personne. Parce qu’en réalité ce sont tous des politiciens et des fomenteurs de violences qui rêvent de voir comme en 2O12, les populations de Dakar et d’ailleurs, descendre massivement dans les rue, pour toutes les raisons inavouées qui les font courir depuis longtemps.  
Par ailleurs, tous ces compatriotes qui prétendent que le pouvoir ne les intéresse pas, ont bien le droit de le dire. Mais ils ne pourront jamais convaincre personne de ce qu’ils ne courent que pour le paraitre et le prestige. C’est pourquoi je leur demande solennellement de dire au moins et une bonne fois pour toutes, au peuple sénégalais pourquoi ils tiennent tant à provoquer sa colère et à le pousser à la révolte. Etant entendu qu’après cela et quels que puissent être leurs motifs véritables, rien ne les empêchera de continuer de dénoncer ce qui est mauvais ou mal fait, de prévenir des risques et des catastrophes, de porter des causes justes et de promouvoir des comportements positifs. Sauf qu’en le faisant, ils devront absolument arrêter de violenter les gens, s’ils ne veulent pas être sanctionnés. Ce qui signifie bien sûr, qu’ils devront revenir à se comporter comme de bons militants des nobles causes. En arrêtant définitivement de jouer aux pyromanes et de chiper  aux politiciens leur rôle. 
Effectivement, les pays africains sont toujours pauvres. Et parce qu’ils sortent d’épreuves qui ont duré des siècles et des siècles, les choses n’ont jamais été simples pour leurs dirigeants d’hier et d’aujourd’hui. Nos pays sont toujours pauvres. Mais malgré cela, l’Afrique continue de résister face  à cette nouvelle forme de domination politique et économique qu’elle est entrain de vivre. Et  d’avancer au rythme que toutes les pesanteurs qui lui sont imposées lui permettent de réaliser. Mais aussi, à se développer. Quoi que puissent dire tous les pessimistes qui l’entourent. Vite ou très lentement. Ce qui importe étant qu’elle continue de poursuivre son chemin et de préserver ses acquis pour passer paisiblement  l’épreuve de l’étape actuelle, en jouant subtilement avec le temps et les circonstances. Parce qu’aujourd’hui plus que jamais, elle sait que tout est bel et bien entrain de changer autour d’elle et à son intérieur, à cause de l’évolution des rapports de forces politiques, économiques et stratégiques. Mais aussi, à cause des efforts de ses dirigeants. 
C’est d’ailleurs ce qui explique l’intérêt précisément marqué par la Russie à l’endroit des pays africains dont elle vient de convier les plus hauts représentants autour d’elle pour annoncer sa ferme volonté d’élargir sa coopération avec eux. Et conséquemment, son intention de bousculer l’ordre des influences politiques, économiques et stratégiques qui règne présentement sur ce continent.  Comme quoi, le monde est effectivement entrain d’avancer et de changer en engrangeant sur sa route n’innombrables faits et des situations nouvelles parmi lesquels se trouve notamment cette  donne majeure qui est que la Russie est devenue d’avantage plus proche de l’Afrique et qu’elle s’est engagée à poursuivre de développer ses relations avec ses pays. Et ainsi, le monde continuera toujours d’avancer et de changer. Tel est bien ce qu’il y’a d’essentiel à comprendre et à retenir du sommet de Sotchi. Et aucune récupération activiste de l’intervention de Nathalie YAMB ne pourra rien y changer.  
Je demande donc à tous les adeptes de cet activisme opportuniste et tyrannique d’arrêter de s’agiter.  Sinon, de changer de méthode s’ils tiennent toujours à mettre le peuple sénégalais de leur côté. Mais pourquoi, finalement. On est tenté de dire.  Puisqu’ils continuent d’afficher que le pouvoir ne les intéresse pas.
 
 
 
Cheikhna C Saadbou KEITA Commissaire de Police à la retraite          
Jeudi 7 Novembre 2019
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :