Moustapha M. Guirassy : "Si nous devons concevoir une politique publique sans le leadership spirituel, on aura toujours des problèmes"


Venu prendre part à la cérémonie de dédicace du livre du Dr Cheikh Ahmadou Bamba Diagne, intitulé "La Vision économique du mouridisme dans l'histoire de la pensée économique", Moustapha Guirassy a lancé un message important à l'endroit de tout sénégalais, mais essentiellement à la classe politique qui doit, selon le député, s'approprier de la richesse spirituelle pour mener les politiques publiques. " J'ai toujours défendu l'évolution de certaines  théories, comme la gestion du personnel, le capital humain etc. Mais le capital spirituel, c'est comme si on avait peur d'en parler", souligne Guirassy.
 
Selon ce dernier, dans le contexte actuel mondial où il y'a une diabolisation de l'islam, on ne doit pas avoir la peur ou le complexe de se connecter ou de connecter notre économie à cette donne là, qui est la spiritualité. Il nous faut nous référer à ces socles spirituels comme Cheikh Ahmadou Bamba qui donne un souffle et une dimension spéciale à l'économie", insiste l'ancien ministre Guirassy. En effet, poursuit-il, "Quand on parle de Hikma ou de Khit'ma, il faut savoir que les fondements sont spirituels". 
 
Ainsi, il faut savoir que la question du leadership spirituel est une question fondamentale et répond à une question fondamentale, celle du sens. "Si on ne ramène pas cette question à nos croyances, c'est qu'on a un problème. Ici au Sénégal, nous croyons en Dieu. Aux États Unis par exemple, les américains n'ont pas de complexe à exprimer leur croyance en Dieu sur leur billet et cette croyance en Dieu, en tant que musulmans, chrétiens et sénégalais que nous sommes, si nous devons concevoir une politique tout simplement en dehors de cela, c'est que nous avons énormément de problème" renchérit Moustapha Guirassy.
 
Il y a dès lors un paradoxe à souligner sur l'attitude et le comportement du citoyen. "Lorsqu'il se retrouve dans la communauté mouride, Tidjane ou autre, il se libère et lorsqu'on l'amène dans la république, avec des politiques et des théories qui ne correspondent pas à ses croyances, il a énormément de difficultés". L'intelligence spirituelle est de plus en plus importante". 
 
Dans l'explication de Moustapha Guirassy, l'un des aspects importants qui pourrait etre considéré par l'humain, c'est ce qui est communément appelé le Khitma. L'un des comportements à adopter est celui de Cheikh Ahmadou Bamba qui œuvrait autour de la centralité de l'humain.
Vendredi 18 Décembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :