Mort de l’étudiant Alhaji Sow aux États-Unis : cette autre affaire qui désavantage les tireurs…


Comme l’a rapporté le journal les Echos dans son édition du jour, le 3 décembre dernier, un étudiant afro-américain a été tué par balles dans le campus de la Florida Institute of Technology (FIT). Alhaji Sow était âgé de 18 ans et habitait à Rivardale, dans le comté de Clayton, en Géorgie.

Dans son récit des faits, la police de Melbourne rapporte que l’étudiant dont la nationalité sénégalaise reste à confirmer, a agressé plusieurs personnes dont des femmes dans le campus avant de se retrancher dans une chambre.

Retrouvé dans cette pièce par la police alertée par la sécurité de l’institut de technologie, l’étudiant se serait jeté sur l’un d’entre eux à l’aide d’une paire de ciseaux. C’est ainsi qu’un officier de police et un agent de sécurité ont tiré sur l’étudiant qui succombera plus tard à ses blessures malgré les premiers soins administrés pour le garder en vie.

Dans l’émoi, les parents de l’étudiant afro-américain doutent de la version de la police et demandent une enquête indépendante. Leur avocat se pose la question de savoir « pourquoi l’option non létale n’a pas été envisagée par la police et la sécurité de l’institut ».

Son père Mohamed Sow qui a été mis dans le secret de l’incident n’arrive pas à croire que son fils a eu le comportement décrit par les policiers.

La police de Melbourne a décidé de poursuivre l’enquête sur les circonstances exactes de la mort d’Alhaji Sow.

Selon le site wsbtv.com visité à Dakaractu, cette affaire intervient quelques jours après que la famille d’un étudiant a été dédommagée à hauteur d’un million de dollars. Scout Schultz a été tué en 2017 presque dans les mêmes conditions qu’Alhaji Sow, alors qu’il se tenait devant plusieurs agents de sécurité de Georgia Institute of Technology avec un couteau. 

Alors que plusieurs d’entre eux avaient reculé, un s’est singularisé en tirant à bout portant sur l’étudiant qui ne semblait pas jouir de toutes ses facultés mentales.

Identifié sous le nom de Tyler Beck, l’agent qui a tiré n’aurait pas reçu une formation en intervention de crise et a fait condamner l’Université qui se doit aussi de revoir son protocole dans le maintien de l’ordre en son sein.
Mardi 14 Décembre 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :