Mort d’Idrissa Goudiaby : « Une troisième contre-expertise s'impose! » (Procureur)


Cacophonie totale sur la mort d’Idrissa Goudiaby, tué lors de la dernière manifestation du 17 juin 2022 à Ziguinchor. Après une contre-expertise effectuée par le médecin légiste et qui faisait état d’une mort par objet contondant et tranchant comme un sabre ou une hache, les conclusions des médecins de la famille de la victime affirment le contraire. En effet, la contre-expertise détermine "une mort violente par arme à feu, avec orifice d’entrée endobuccal commissural droite et orifice de sortie massétéro-parotidien droit, responsable d’un choc hémorragique et du décès."

Le procureur du tribunal de grande instance de Ziguinchor, au cours d'un point de presse cet après-midi, estime qu'à l’heure actuelle, autant il faut tenir compte de la thèse de la mort par balle, autant ils (en tant que représentant de la justice) ne peuvent non plus éluder celle de la mort par un autre type d’arme. Cela se justifie, dira le procureur du TGI de Ziguinchor, du fait que, dans leur office de représentant du ministère public, leur vocation, leur sacerdoce est de consacrer toute leur énergie à la manifestation de la vérité. « Nous réitérons notre disposition à procéder à l’audition de tout sachant sur cette affaire y compris les experts si c’est nécessaire », dira t-il.

Aussi, une nouvelle et dernière expertise s’impose car au regard des contradictions entre experts, notamment sur l’orifice d’entrée, la nature de l’arme entre autres, un arbitrage s’impose pour édifier l’opinion. 
Vendredi 22 Juillet 2022




Dans la même rubrique :