Monsieur Birahim SECK, vous parlez trop pour ne rien dire.


Monsieur Birahim SECK, vous parlez trop pour ne rien dire.
Depuis la sortie de Mme Aminata TOURE sur les résultats de la volonté de reddition des comptes exprimée par le Président Macky SALL à son accession à la magistrature suprême, vous vous êtes mis dans une posture d’alimenter une polémique inutile et sans fondement.
Mme Aminata TOURE a toujours précisé, dans toutes ses communications, qu’il n’a jamais été question de « traque des bien mal acquis ». Elle s’est toujours opposée à cette qualification journalistique d’une volonté présidentielle d’assainir la gestion publique. Et comme Mme Aminata Touré aime le rappeler : il ne s’agit pas de traque mais de la matérialisation d’une obligation de reddition des comptes qui, du reste est normale et même doit être anodine dans toutes gestions de deniers publics.
Cela dit, quand on parle de reddition des comptes, nous constatons que vous, Monsieur Birahim SECK et vos amis opposants, vous vous focaliser toujours sur la CREI en parlant de traque. Vos communications sur la question sont tellement intempestives que vous avez fini, à dessein ou pas, de décrédibiliser cette Cour aux yeux du sénégalais lambda. Que vous le savez ou pas, votre trop plein de communication a fini par semer le doute dans l’esprit des citoyens. Et cette attitude ne favorise pas la bonne marche du service public de la justice.
M. SECK comment pouvez-vous soutenir que les sommes économisées sur l’AIBD ou recouvrées sur Dp world, Jaber et autres ne résultent pas d’une volonté ferme du Président Macky Sall d’ériger la reddition des comptes en principe fondamental dans la gouvernance  publique ?
Vous vous focalisez sur la CREI qui d’ailleurs n’est pas une invention du Président Macky SALL. Cette institution qui existe depuis 1981 n’est qu’un maillon de la chaîne de prévention, de lutte et de répression de la mauvaise gouvernance publique. A ses côtés, il y a d’autres institutions et organes travaillant à cette fin dont notamment les juridictions ordinaires, la Cour des comptes, l’IGE, l’IGAJ, l’OFNAC, la CENTIF, l’ARMP. Tout le travail accompli par ces structures suscitées et le résultat obtenu depuis 2012 est à mettre dans le panier de bonne gouvernance du Président Macky SALL. Il définit la politique de la nation. Et vous ne pouvez pas nié qu’il y a une volonté politique qui a fait renaître ou réactivité des organes et institutions comme la CREI, l’OFNAC (ancien CNLCC) et l’IGE qui vaut au Maire de Dakar Khalifa SALL une procédure judiciaire pour détournement.
Pour finir, Monsieur SECK, il ne s’agit point de polémiquer sur le résultat des procédures devant la CREI mais plutôt d’évaluer un dispositif à terre et qui a était ranimé à partir de 2012 par le Président Macky SALL.

La cellule de communication de la JRK
(Jeunesse pour la Renaissance de Kaolack)
Dimanche 24 Décembre 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :