Mimi Touré : « Les parents doivent être les premiers protecteurs des droits des enfants, bien avant l’Etat »


Mimi Touré : « Les parents doivent être les premiers protecteurs des droits des enfants, bien avant l’Etat »
Hier la communauté internationale a célébré le 30ème anniversaire de la Convention des Droits des Enfants. Le Sénégal n’a pas été en reste. 
Un millier d’enfants ont été rassemblés au Monument  de la Renaissance par la Cellule d’Appui à l’Enfance avec l’appui de l’UNICEF, de nombreuses ONGs locales actives dans la protection des enfants. 
A cette occasion, le Monument de la Renaissance a été illuminé tout en bleu, la couleur symbolique des enfants, en présence de nombreuses personnalités parmi lesquelles, Aminata Touré, Présidente du Conseil Économique, Social et Environnemental qui, réagissant aux questions des journalistes, a indiqué qu’on ne saurait fêter l’anniversaire de la Convention des Droits des Enfants sans évoquer la lancinante question des Talibés de la rue. 
« C’est une question difficile » reconnait Aminata Touré. Elle poursuivit en indiquant «  il faut dire clairement que la première ligne de protection des droits des enfants, ce sont les parents eux-mêmes qui doivent exercer leurs responsabilités en protégeant les enfants qu’ils ont mis au monde; les parents doivent être les premiers concernés par le bien-être de leurs enfants, avant la communauté et avant l’Etat ». Mimi Touré  de poursuivre.
« L’enfant doit être épanoui dans sa famille avec ses parents, il peut y apprendre sa religion, y aller à l'école ou y apprendre un metier. La place normale d’un enfant c’est dans sa famille entouré et protégé par l’amour de sa mère et aussi de son père. Nous devons lancer des campagne actives pour l'exercice de la responsabilité parentale pour la protection des droits des enfants car c’est le premier rempart contre la vulnérabilité des enfants ». 
Jeudi 21 Novembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :