Meurtre cruel de Khady Badiane Diack : de nouvelles preuves incriminent le petit ami de la défunte.


L'enquête préliminaire du commissariat urbain de police de Louga sur le présumé meurtre de la fille Khady Badiane Diack a été bouclée, hier.
Mais les choses risquent de se compliquer pour l'amant de la défunte nommé M. Thiam, qui se retrouve coincé dans la nasse des enquêteurs, qui voient en lui le  principal auteur de ce meurtre survenu lundi dernier.

Quand la fille, portée disparue depuis deux jours, a été retrouvée dans des conditions atroces (bouche obstruée, yeux bandés et mains ligotées, dans une fosse septique d'une maison en construction), les policiers ont écarté aussitôt la thèse d'une simple agression physique suivie de vol et soupçonnent un crime passionnel aux relents de règlement de comptes.
 
Mais, à force de creuser, les policiers privilégieront la piste d'un certain M. Thiam, qui serait amant de la défunte. Ils l'interpellent, le conduisent au commissariat urbain et l'interrogent. Le suspect réfute cependant les soupçons et affirme être innocent. Mais, les enquêteurs refusent de lâcher prise et placent le jeune garçon dans leur collimateur. Ils le retiennent dans leurs locaux pour nécessité d'enquête et poursuivent tambour battant les investigations. Ils examinent avec minutie les indices concordants et passent au laser les moindres détails de l'affaire, qui se recoupent et accablent le supposé petit ami. «On tient enfin notre homme. Il n'y a point de doute. Tous les indices l'accablent», ont écrit nos confrères de « les Echos ».

Quoiqu'accablé et confondu par les éléments matériels de l'enquête, Thiam campe tout de même sur sa position première et botte en touche toutes les accusations. Il se contente en effet de nier juste les faits, sans pour autant apporter les preuves irréfutables de son innocence dans l'affaire Khady Badiane Diack.

Pis, les enquêteurs poussent plus loin le bouchon et découvrent que la fille a été aussi sauvagement violée par son bourreau, avant d'être froidement exécutée. Ils ciblent cet effet l'amant et lui notifient le délit de viol. Même si ce dernier continue de clamer son innocence, malgré les preuves matérielles compromettantes contre sa personne. Il devrait être présenté aujourd'hui devant le parquetier du Tribunal de Grande Instance de Louga pour viol suivi de meurtre.
 
Vendredi 21 Mai 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :