Menaces de déballage : Me Ciré Clédor Ly, votre requête ressemble à du chantage ! (Par Samba Fall, Collectif des victimes de Assane Diouf)


Menaces de déballage : Me Ciré Clédor Ly, votre requête ressemble à du chantage ! (Par Samba Fall, Collectif des victimes de Assane Diouf)
Grande a été notre surprise de lire que Me Ciré Clédor Ly, avocat de Cheikh Gadiaga et de Assane Diouf, a sommé les juges d’enrôler, sous une semaine, les dossiers concernant ses clients susnommés, sous peine de déballages. 

Pourtant, Me Ly, qui s’adresse presque tous les jours à la presse, a plusieurs fois eu l’occasion de dire ses quatre vérités, conformément aux lois en vigueur dans ce pays. C’est parce qu’il n’a pas été entendu qu’il a recours à ce procédé étrange qui renvoie au mode opératoire de ses clients. Cela, eu égard au nombre de victimes de Diouf et de Gadiaga. Des centaines d’honnêtes citoyens ont subi des préjudices à cause de ce binôme d'enfer. Ont-ils tous été entendus ?

La robe noire, connue pour son combat pour la défense des droits de l’homme, a-t-elle oublié que ces deux messieurs ont un contentieux lourd à régler avec la société ? Ce procédurier réputé doit savoir que pour des dossiers de ce genre, l’instruction peut être très longue. Il y a de nombreux témoins qui doivent défiler devant les magistrats. 

En fait, l’attitude de Me Ciré Clédor Ly ressemble à un chantage qui ne dit pas son nom. Cet avocat doit même avoir honte de défendre de telles personnes qui ont sensiblement contribué à la dépravation des mœurs au Sénégal. Prenez le cas de Cheikh Gadiaga : ce multirécidiviste, cité dans plusieurs nébuleuses d’extorsion de fonds.  Combien de Sénégalais ont été socialement tués par l’insulteur public Assane Diouf qui s’attaquait, avec une cruauté inutile, à la vie privée de ses cibles ? Ce dernier portait gravement atteinte à la stabilité de la société, car même les dignitaires religieux n’étaient pas épargnés par ses foudres. 

Je crois que si Me Ciré Clédor Ly, aux airs de tigre en papier, met ses menaces à exécution, l’Ordre des avocats du Sénégal doit sévir pour le ramener à la raison. 

En définitive, il urge de dénoncer cette tendance à la politisation des affaires de la Justice pour se mettre dans une posture victimaire et essayer de gagner sur le théâtre de la bataille d’opinion, ce que l’on perd avec le Droit.   

Samba Fall (Collectif des victimes de Assane Diouf)
Samedi 15 Septembre 2018
Dakaractu




1.Posté par Fall Fallou le 16/09/2018 04:43

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :