Médiation : la solution pour éradiquer les violences conjugales!


La violence conjugale est tout acte visant à atteindre son conjoint physiquement (coups avec ou sans objet, bousculades, morsures, brulures, séquestrations, viols…), moralement (chantage affectif, humiliations, dévalorisations, harcèlements…), verbalement (injures, cris, menaces…), économiquement (restriction des dépenses et des biens, contrôles abusives, interdiction de travailler) et psychologiquement (intimidations, interdiction de fréquenter des amis, la famille…).Le phénomène est présent dans toutes les sociétés humaines et a des causes socio-économiques et individuelles.
Une situation économique instable ou difficile, la pauvreté et ses corollaires, la nucléarisation des familles, l’incompatibilité d’humeur, sont entre autres les soubassements socio-économiques des conflits conjugaux qui sont les sources de la violence.
Cette forme de violence a également des causes liées à la personnalité et à la socialisation de la personne qui l’exerce. En effet l’agressivité peut avoir des fondements biologiques qui font que certaines personnes sont plus violentes que d’autre. Il arrive aussi que le bourreau considère la violence comme un moyen de défense ou de protection contre l’angoisse psychologique d’une éventuelle séparation ou abandon par son partenaire. En outre, de plus en plus, nous constatons que beaucoup de forfaitaires de ces actes sont issus de familles ou l’un des parents violentait l’autre et qu’ils ont fini d’intérioriser, qu’il doit y avoir une relation de domination dans la vie de couple.
Ces divers types violences deviennent récurrents dans les couples, de nos jours et sont perpétrés aussi bien par les hommes que par les femmes, même s’il faut reconnaitre que ces dernières subissent plus celle physique qui est plus problématique. En effet, l’aboutissement de l’escalade de ces types de violences, est le stade ultime du conflit, celui des affrontements physiques et des sévices. Ces derniers ont conséquences multiples et graves dans le moyen et court terme chez le couple (blessures, traumatismes, lourdes séquelles, divorces, décès…) et dans le long terme sur la progéniture(l’isolement, l’agressivité, la peur, le trouble de la personnalité, le manque d’initiative, l’anxiété, la dépression, le trouble du sommeil, le manque de concentration, comportements asociaux…) selon l’âge des enfants. En effet lorsque les enfants sont exposés aux disputes, bagarres ou scènes de violence des parents, cela peut être à l’origine de : traumatismes psychiques et affectifs, affections de la santé mentale, troubles de comportements, difficultés scolaires et du développement cognitif, obstacles dans les interactions sociales et difficultés d’intégration dans un groupe et la société…chez ces âmes sensibles.
Pour éviter de se trouver confronter à cette situation délicate, il est plus indiqué de recourir à un médiateur familial, qualifié pour prévenir et gérer les conflits dans les ménages. Dès qu’un conflit se signale ou même lorsque le courant ne passe plus entre les partenaires, se référer à un professionnel de la relation est la meilleure des choses à faire, afin d’éviter d’en arriver à l’extrême, la violence physique, car, quelle qu’elle soit, la violence n’a pas sa place dans la vie de couple.
Le médiateur familial est un tiers, neutre, impartial et indépendant, qui peut être saisi par le couple ou un des conjoints. Il va, des lors, tenter d’établir un processus basé sur la communication non violente, qui conduira les parties à lever les malentendus, dépasser les conflits et régler le ou les problèmes et travailler à prévenir d’autres. Le médiateur est un technicien de la relation qui prend en compte toutes les considérations d’ordre culturelle, contextuelle, conjoncturelle, religieuse …de chacun des camps, sans préjugés ni jugements de valeurs, pour pouvoir aboutir à un accord consensuel et durable. Ce modèle de médiateur est, un travailleur social formé à l’ENTSS, donc, ayant des connaissances de base de la psychologie, la sociologie, la psychologie, l’ethnopsychologie, l’économie sociale, du droit pénal, civil et du travail etc. et qui lui permet d’adopter une démarche holistique. Ainsi, dispose-t-il de tous les outils techniques et socio-anthropologiques nécessaires, d’abord pour prévenir la violence, mais également pour faire face à chaque situation conflictuelle dans les ménages, car dans la gestion des conflits, chaque cas est particulier et nécessite une intervention spécifique. Et enfin, le médiateur familial tient compte des droits et des devoirs de chaque composant de la famille et veille surtout au respect du principe de l’intérêt supérieur de l’enfant dans le couple, car quelle que puisse être la nouvelle configuration de la famille, l’enfant a droit à ses deux parents et par conséquent n’a pas à en choisir un.
Mercredi 10 Octobre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :