Mbour : Le Procès Populations de Ndayane / DG du Port et Dp World renvoyé au 19 novembre.


Ce jeudi 22 octobre a eu lieu au tribunal de grande instance de Mbour,  le procès opposant les populations de Ndayane au  Dg du port et Dp World. Après plaidoyers des parties par leurs avocats, le juge a finalement pris la décision de renvoyer l'affaire pour le 19 novembre prochain. 

"Les habitants de Popenguine, Ndayane et Toubab Dialaw ont des champs sur place et des maisons sur ces terres. Les habitants de ces zones ne sont pas contre la construction du port, mais il y a un préalable que nous exigeons : que le juge nous rassure en envoyant un expert pour étudier le projet à tous les niveaux, et produise un rapport exhaustif du projet. Nous attendons que le juge dise la loi", a dit maître Doudou Ndoye, avocat des populations.

Massogui Thiandoum, représentant des populations de Toubab Dialaw, Ndayane, Popenguine au sein de l’association pour la protection de l'environnement, de souligner : "Ce projet est une catastrophe écologique. Il risque d’être un drame social. Ce projet risque de déstructurer notre unité sociale. Ce projet risque de compromettre le patrimoine que nos parents nous ont légué. Il s’agit, selon les documents que nous avons vus, d’exproprier et de prendre les terres des populations. Un projet qui au départ couvrait 400 hectares, est ensuite passé à 600 hectares. Les services de l’administration de Mbour ont eux publié 1.200 hectares. Et voilà qu'on nous parle maintenant de 2.000 hectares. Il y a un scandale qui se prépare. Beaucoup d’autorités tapies dans l’ombre sont en train de profiter du projet de Ndayane pour prendre les terres de la population locale. Nous nous élevons contre çà. Nous demandons à la justice de nous protéger. 

L’autre mauvais constat, c'est que les pays en développement font des coalitions avec les multinationales, avec les capitaux mondiaux, pour venir s’en prendre à la population locale et prendre leurs terres. La question de l’accaparement des terres est une question éminemment politique. L’État du Sénégal en collaboration avec DP World veut s'accaparer de nos terres. Si on prend les terres et la mer d’un cultivateur et pêcheur qu'est-ce qui lui restera ? C’est notre avenir qui est en jeu. Nous voulons vivre en paix. Nous voulons profiter de la mer parce que nous sommes un peuple de mer. Nous voulons rester en symbiose avec notre environnement".
Jeudi 22 Octobre 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :